CPNT

Le gouvernement lance enfin une campagne pour valoriser le secteur d’aide à domicile !

EN 2014 CPNT-AU-FÉMININ avait déjà dénoncé les données alarmantes sur le manque de moyens relatifs à l’aide à domicile. C’est très regrettable de voir des décisions électoralistes prises à ce jour, comme par hasard en fin de mandat.

Nous le savons, la France de demain comptera un nombre important de personnes âgées, et la ruralité sera touchée par cette évolution démographique. CPNT le mouvement de la ruralité prône pour le maintien de nos personnes âgées à domicile depuis toujours avec comme devise « bien vieillir à domicile ».

Certains départements ont déjà anticipé, et diversifient les solutions pour répondre aux besoins de chaque personne âgée, et ce malgré leurs baisses de dotation de l’État. C’est souvent le 2ème poste de dépenses de leur budget social. Cela passe par la mise en place de sites internet entièrement gratuits dédiés aux séniors, des accompagnements dans leurs démarches et interrogations, et par des offres de solutions intermédiaires entre l’aide à domicile et l’hébergement collectif.

Les retraités, particulièrement ruraux, avec des petites retraites, trop souvent pénalisés, ne peuvent financièrement pas accéder aux établissements adaptés (EPHAD, MARPA, etc.). Pour pallier à cette situation, grâce aux prestataires de solidarité de proximité et la diversité des soins à domicile, certains départements voient 85% des personnes âgées vivre à leur domicile, ce que CPNT juge encourageant.

Ces métiers basés sur le contact et les relations humaines doivent faire l’objet d’une formation professionnelle adaptée, de considération et de valorisation de la part des organismes employeurs. Nos ainés doivent impérativement avoir une présence quotidienne de réconfort, rassurante et bienveillante.

Ces emplois supplémentaires, promis par Pascale Boistard, secrétaire d’État aux personnes âgées, sont donc d’une urgence totale.

CPNT-AU-FÉMININ rappelle toutefois à Madame la Secrétaire d’État aux Personnes âgées de ne pas oublier la population rurale en favorisant, sans attendre, le développement de ces emplois d’aide à domicile en nombre suffisant.

  • 0

Fermeture de la chasse : CPNT adresse un "49 tr’oies" au gouvernement !

CPNT ne décolère pas face au pied de nez politique adressé par la ministre de l’Écologie aux chasseurs de gibier d’eau et aux dirigeants de la chasse française, en refusant de prendre dans les temps une dérogation pour la chasse des oies en février.

Après les multiples promesses des parlementaires socialistes, qu’il s’agisse de l’ortolan pour les Landes ou de la chasse des oies en février, ils ont tous rasé gratis, appliquant la méthode "Hollande" de promettre, mais ne rien tenir !  

Le monde cynégétique avait pourtant proposé une autre solution par des propositions de dérogation et CPNT, de son côté, a adressé des questions écrites au parlement européen sur ce sujet... La prise de l’une de ces dérogations, c’était l’assurance de faire avancer la jurisprudence européenne et de faire chasser les sauvaginiers en février 2017. Mais voilà, la ministre a préféré ses amis opposants à la chasse et faire payer ses problèmes personnels avec les grands dirigeants de la chasse française…

CPNT n’exclut pas de s’associer aux chasseurs en colère qui prévoient de s’inviter aux vœux des parlementaires socialistes ainsi qu’à la primaire de la gauche pour leur signifier leur mécontentement.

Une chose est certaine, la sanction des urnes fera parler la poudre si le gouvernement reste sourd aux demandes légitimes des chasseurs de gibier d’eau qui se sentent trahis une fois de plus !

  • 0

Chasse des oies en février : CPNT33 en colère après le gouvernement !

CPNT Gironde est particulièrement en colère à la vue du manque de courage politique du gouvernement, de sa ministre de l’écologie et de ses parlementaires.

Comment est-il possible que Ségolène Royal qui avait initié une mission d’information sur les oies sous la responsabilité du président du groupe chasse Philippe Plisson, et qui avait de même sollicité les instances européennes, n’ait pas choisi de s’appuyer sur l’une des deux dérogations qui lui étaient proposées, l’une par la Fédération Nationale des Chasseurs et l’autre par l’UNACOM ?  

La prise de l’une de ces dérogations aurait permis de faire avancer la jurisprudence nationale et européenne en la matière et de donner la possibilité aux chasseurs de chasser des oies en février, alors qu’elles seront de toute manière chassées et gazées au nord de l’Europe.

CPNT en appelle à madame Royal et aux parlementaires socialistes de la Gironde qui semblent tous bien muets sur le sujet et, au premier rang, Philippe Plisson et Pascale Got, président et vice-présidente du groupe chasse. De grâce, que l'on nous nous fasse pas encore le coup du dossier pour... 2018 ! C'est du réchauffé et les chasseurs auront bien compris le choix politique de favoriser les opposants à la chasse et les amis de l'agence française de la biodiversité !

Assurément c’est un bien mauvais coup porté aux candidats de la primaire de la Gauche et à celui qui en sortira vainqueur. Lionel Jospin avait fait les frais d’une politique anti-chasse, perdant pas moins de 600.000 voix avec de très nombreuses voix des chasseurs de gibier d’eau et de leurs familles.

CPNT assumera ses prises de position si la droite revient au pouvoir en 2017. Mais en attendant, il y aura probablement des sanctions dans les urnes si le gouvernement reste sourd aux demandes légitimes des chasseurs de gibier d’eau.

CPNT33 s’interroge sur les raisons premières de la ministre et celles du silence du président du groupe chasse. Ségolène Royal ferait-elle payer aux chasseurs ses problèmes relationnels avec le président de la Région Nouvelle Aquitaine et celui de la Fédération des chasseurs ?  Philippe Plisson aurait-il déjà cessé son travail parlementaire avant la fin de son mandat, ou est-ce son ralliement à François de Rugy ?

Une chose est certaine, ce sont les chasseurs de gibier d’eau qui font les frais de ces inacceptables ressentiments politiciens  ! 

  • 0

Virus H5N8 : les migrateurs plaident non coupables !

CPNT rejoint l’analyse du groupe scientifique dans le cadre du programme des Nations unies pour l’environnement qui tente, en l’état actuel des connaissances, à disculper les oiseaux migrateurs en matière de contamination de longue distance (lire la publication en anglais - lire la version française traduite avec Google).

Les analyses phylogénétiques indiquent que les oiseaux sauvages ont acquis la souche H5N8 en Asie orientale. Il n'existe aucune preuve convaincante de mécanisme ou d'espèces d'oiseaux sauvages capables de transporter les souches du virus IAHP H5N8 sans causer la mort des porteurs eux-mêmes pendant la migration à longue distance.

La communauté scientifique n'a pas encore abouti à des conclusions quant à la probabilité relative d'un rôle majeur des oiseaux sauvages dans la propagation à longue distance comparée à celle de l'origine et de la transmission des souches actuelles du virus IAHP H5N8 par des mécanismes propres à la production et au commerce des volailles.

Compte tenu de l’importance des flux commerciaux de volailles, y compris ceux entre les régions touchées par le H5N8, le risque de propagation du virus de l'IAHP par la production et le commerce de volaille reste significativement élevé.

On le voit avec les différentes contaminations dans les départements du Sud-ouest, et plus récemment dans la Creuse, où le transport semble un vecteur déterminant dans la propagation.

A ce stade de la connaissance, les oiseaux migrateurs plaident non coupables !

  • 0

Chasse des oies en février : CPNT écrit à Ségolène Royal

Par la voix de son président, CPNT vient d’intervenir auprès de Ségolène Royal au sujet des dates de fermeture de la chasse des oies (lire le courrier).

Après avoir initié une mission d’information sur les oies et sollicité les instances européennes, la ministre doit s’appuyer sur la proposition de dérogation adressée par la Fédération Nationale des Chasseurs ; dérogation qui permettrait de donner aux instances européennes la possibilité de faire avancer la jurisprudence en la matière.

CPNT appelle Madame Royal à ne pas rester au milieu du gué en cette fin de mandature, mais à franchir le pas par la mise en place d’une dérogation pour une chasse des oies en février.

Après le Brexit anglais, il est urgent de redonner de la souplesse aux règles européennes et de redonner un peu de liberté et de bon sens dans le fonctionnement de l’Europe au plus proche des peuples.

  • 0
S'abonner à ce flux RSS