CPNT

Des États généraux de l’alimentation, pourquoi faire ?

Si pour CPNT le sujet de l’alimentation et de l’agriculture est une priorité nationale, pour autant on peut se poser la question sur le besoin des États généraux de l’alimentation.
Le président Macron aurait ainsi pu faire l’économie de sa grande messe de l’alimentation, sinon à quoi sert le Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) ? A quoi bon des rapports couteux qui collent à la réalité et qui ne sont pas exploités par les responsables politiques ?

Cette assemblée consultative de la république a pourtant déjà émis des rapports de travaux sur ce thème, dont celui du 28 janvier 2014, sur la contribution à l’accès à une alimentation de qualité, saine et équilibrée, et celui du 28 janvier 2016 sur les circuits de distribution des produits alimentaires qui ont réuni autour de la table toutes les composantes du monde agricole et au travers d’auditions des responsables de la grande distribution, des producteurs, sans compter la production des différents CESER (les CESE régionaux) !…

Une grande distribution qui saigne les producteurs français, des produits du terroir de qualité non rémunérés à leur juste prix, une opportunité de développer les circuits courts avec des variétés à haute valeur gustative pour répondre à la demande des consommateurs avec une part non soumise à la concurrence… il faut redonner du plaisir dans l’assiette et un salaire décent aux producteurs.

Moins de communication et de paraitre et plus d’action et de valorisation des rapports existants seraient déjà une bonne feuille de route pour le gouvernement Macron !

 

Extrait du rapport du CESE du 28 janvier 2016

« L’analyse que fait notre assemblée des circuits de distribution des produits alimentaires, du producteur au consommateur, est alarmante. Le modèle dominant, marqué par la prééminence de la grande distribution et des groupes industriels, est en crise. La « guerre des prix » déséquilibre la chaine de valeurs, sape la cohésion sociale et fragilise l’ensemble des acteurs économiques. À travers ses préconisations, le CESE s’attache à définir les conditions d’une responsabilisation des différents intervenants afin de redonner sens, valeur et confiance en l’alimentation. Il plaide pour un plus grand équilibre des négociations commerciales, davantage de territorialisation et de proximité, ainsi que pour un renforcement de l’information et de la sensibilisation du consommateur quant aux impacts de ses choix. »

  • 0

Démission du Général de Villiers : on n'humilie pas publiquement un homme d’honneur porteur des valeurs de la nation !

Les retraités mécontents, les élus locaux mécontents, et maintenant l'Armée. Débuts innovants, débuts décevants… rien que du clinquant !

La principale qualité qui fait un bon chef est justement d'avoir l'humilité de (re)connaître les limites de ses compétences, et la sagesse de savoir écouter ceux "qui savent", pour prendre la décision la plus pertinente et la mieux adaptée à la situation.
 
Pour CPNT - Le Mouvement de la Ruralité, cette faute d’appréciation conduit à une autre  faute bien plus grave encore dans ses conséquences : le président Macron a trahi son engagement présidentiel de porter l'effort de défense à 2% du PIB. Engagement pourtant réitéré face aux Français et à la représentation nationale.  Il a trahi la confiance des armées, dont il est le chef institutionnel, alors qu'elles sont garantes de notre sécurité, dans un contexte de terrorisme international des plus préoccupants et d’un théâtre des opérations élargi sur la scène internationale.
 
Égal à son prédécesseur, Emmanuel Macron, en campagne présidentielle, avait annoncé renforcer et soutenir davantage l'armée. Or une fois au pouvoir il fait exactement le contraire de ce qu'il a dit. Un reniement présidentiel qui expose dangereusement les militaires ainsi que les Français dans un contexte de dangerosité extrême.
 
Limoger ceux qui font preuve de compétences et de responsabilité pour ne garder que les supplétifs asservis au pouvoir est une preuve d’incapacité et d’intolérance dommageable pour la fonction présidentielle. Le Président Macron touche les limites de l’exercice « bonne figure » et démontre là, son manque de vision à long terme pour la France.

  • 0

Aides de la PAC : Des promesses toujours des promesses !

Jacques Mézard, l’éphémère ministre de l'Agriculture du gouvernement « Édouard Philippe 1 », s’était engagé en faveur des exploitants agricoles afin qu’ils soient payés au plus vite des aides PAC alors que les versements de ces aides sont en retard depuis plusieurs années. Encore une promesse non tenue à destination du monde agricole !  
 
Un bon nombre d’agriculteurs ont conçu leur plan d’investissement à long terme avec leur banquier et l’État en prenant en compte ces fonds européens budgétisés depuis plusieurs exercices, mais ils ne peuvent toujours pas y compter. Pendant ce temps, les charges s’alourdissent : remboursement des prêts, entretien du matériel, gazole pour le tracteur, loyer pour la location des terres cultivées, taxes, impôts, etc. au final l’agriculteur se retrouve au bord du dépôt de bilan !
 
CPNT - Le Mouvement de la Ruralité dénonce ces retards de paiement qui mettent les exploitations agricoles en situation difficile, des familles en détresse, et amènent dans le pire des cas, au suicide … Cette situation est intolérable. Il faut que ces paiements se fassent sans délai !  
 
Si tous les clients des PME-PMI honoraient le règlement de leurs factures après plus de deux ans, comme c’est le cas ici chez les agriculteurs, combien de dépôts de bilan seraient à dénombrer ?
 
Stéphane Travert, Le nouveau ministre de l’Agriculture doit reprendre en main le dossier sans attendre et imposer le versement des sommes dues aux entreprises agricoles qui sont dans l'attente depuis de trop nombreux mois.  L’état doit monter l’exemple sans attendre pour redonner confiance à nos agriculteurs… Place aux actes !
 
Le monde agricole ne souhaite pas être un peuple d’assisté ! CPNT encourage le monde agricole à refuser les contrôles PAC, en attendant la normalisation de la situation, et les soutiendra dans leurs légitimes revendications…

  • 0

Perturbateurs endocriniens : CPNT interpelle Nicolas Hulot

C’est par une lettre ouverte au ministre (lire le document) qu’Eddie Puyjalon, Président de CPNT et Conseiller régional de Nouvelle-Aquitaine, a choisi d’interpeler Nicolas Hulot sur le danger de la présence croissante des perturbateurs endocriniens dans les milieux aquatiques.

À l’appui de son intervention en plénière au Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine (voir la vidéo), le président de CPNT a souhaité sensibiliser le nouveau ministre sur l’importance d’assurer un véritable diagnostic national et des conséquences sur la biodiversité.

L’exemple des principes actifs médicamenteux comme les rejets issus de la consommation annuelle de pilules contraceptives, à hauteur de 1 051 tonnes, dans la nature, ou ceux des traitements lourds contre les maladies, antidépresseurs et autres antibiotiques, soulève de nombreuses questions et doivent trouver rapidement des réponses scientifiques et techniques afin d’enrayer la dégradation de la  biodiversité.

  • 0

Première sortie médiatique du ministre Nicolas HULOT sur BFM TV

Pour tous ceux qui craignaient une "révolution" voici un renouveau qui ne dépayse pas. Une vraie liste à la Prévert : loups, corrida, la pollution atmosphérique, rapprochement des fiscalités du gazole au niveau de celles de l'essence… Rien de sa vision antichasse ? On ne perd rien pour attendre ! Pour l’instant, on est seulement aux grandes manœuvres pour combler le déficit public sur le dos des Français ! Mais alors que viennent faire les loups et la corrida dans ce contexte ?

Monsieur le ministre, on vous demande de vous occuper tout simplement d'écologie en respectant les citoyens, et plus particulièrement la ruralité. Toujours plus touchés par la sempiternelle écologie fiscale des augmentations des taxes sur les carburants, nous les ruraux nous sommes pénalisés par notre éloignement des centres urbains et sans accès à des transports collectifs pour rejoindre notre lieu de travail !

Monsieur Hulot veut mettre le gazole au prix de l'essence, mais voilà là une sacrée solution innovante... pour le portemonnaie des ouvriers, des agriculteurs, des « sans dents » ! Punir, punir encore et toujours !

Comme d’habitude, on tape sur l'automobile en ressortant les prétextes habituels tels la lutte contre la pollution et le réchauffement climatique. Comme si, depuis maintenant plus de quarante ans, les augmentations des taxes sur les produits pétroliers avaient eu la moindre influence sur l'emploi des moyens de transport individuels ! Les Français vont comprendre rapidement. Il n'y a qu’un domaine où la main gouvernementale ne tremblera pas, ce sont les impôts. La situation de nos finances léguées par le gouvernement socialo-macronien étant catastrophique, il faut s'attendre à passer une fois de plus à la caisse !

Il faut ramener un peu de bon sens dans le débat.  CPNT - Le Mouvement de la Ruralité suggère tout simplement de ramener les taxes sur l’essence au niveau des taxes sur le gazole. Une solution qui ne pas pénaliserait pas les Français, particulièrement le monde rural, et qui au final favoriserait plus efficacement l’abandon du diesel et aurait un effet positif assuré sur la pollution… Mais est-ce bien là, la volonté première du nouveau ministre ?

  • 0

La République en Marche... à cloche-pied !

Manifestement la Macromania a déjà du plomb dans l’aile et s’engage dans une marche à cloche-pied après l’amputation de sa jambe Modem…

Moralisation de la vie politique avec un Modem et François Bayrou embarqué dans des affaires, souvenir du hollandisme et de la lutte contre la fraude fiscale et un certain Cahuzac… les abstentionnistes ont encore des raisons supplémentaires d’être convaincus de leurs choix face à une nouvelle politique au gout de réchauffé indigeste.

Pour CPNT - Le Mouvement de la ruralité plus que jamais exemplarité, loyauté et sincérité doivent être la règle en politique et manifestement il y a encore du travail pour y parvenir !

  • 0

Élections législatives : Une victoire en trompe-l’œil

Depuis novembre 2016 nos concitoyens sont plongés dans une succession d’élections politiques, les primaires, la présidentielle avec son panel d’affaires et pour finir les législatives. Au final, Emmanuel Macron a été élu Président de la République suite à une campagne présidentielle superficielle entachée par les affaires.

Dimanche dernier, au premier tour des législatives, les (quelques) électeurs qui se sont déplacés ont choisi de lui donner une large majorité. Ce second tour confirme la mise en place de nombreux députés “En Marche” inexpérimentés, sortis du chapeau, souvent inconnus des électeurs. C’est une victoire en trompe-l’œil pour LREM, car avec un taux dramatiquement supérieur à 50%, l’abstention est aujourd’hui le principal parti de France. C’est un signal d’alarme très fort envoyé à la classe politique !
 
CPNT - le Mouvement de la Ruralité a soutenu dès le début les candidats de la Majorité pour la France, LR-UDI, respectant pour cela sa ligne politique et ses accords de partenariat. Même si le score n’est pas à la hauteur des attentes, ils formeront un groupe d’opposition constructif. Ils seront le seul groupe important à l’Assemblée nationale pour défendre et porter nos valeurs rurales.
 
Dès demain, CPNT-le Mouvement de la Ruralité participera activement à la reconquête de nos campagnes aux côtés de notre partenaire LR. Il prend acte du résultat et fera des propositions sur des thèmes importants trop souvent oubliés tels que la ruralité, l’agriculture, les services publics de proximité, une écologique responsable avec les acteurs locaux et les défenseurs des traditions cynégétiques…
 
Plus que jamais CPNT sera une force de proposition pour l’avenir de nos territoires oubliés du monde politique et pour construire une nouvelle dynamique pour la France rurale de demain.

  • 0

Deuxième tour des législatives : Les Français ne doivent pas mettre tous les œufs dans le même panier !

CPNT - Le Mouvement de la ruralité s’est largement investi pour ces élections législatives et dans de très nombreuses circonscriptions de France auprès de nos partenaires LR et de l’UDI.  À l’évidence, l’apport des voix de CPNT aura permis d’éviter des éliminations directes, d’accorder un second tour encourageant le 18 juin prochain à de nombreux candidats LR-UDI-CPNT et de conforter LR-UDI-CPNT comme première force d’opposition dans le pays.  

Avec une très faible participation, les électeurs qui se sont exprimés ont fait le choix de donner une  large majorité au président de la République et d’amplifier celui de la présidentielle !

Pour CPNT il s'agit d'une erreur ! Nous appellerons les Français et notamment les ruraux, le monde agricole, les chasseurs et les pêcheurs à ne pas mettre tous les œufs dans le même panier. Nous devons voter massivement pour les candidats LR-UDI-CPNT pour ne pas laisser tous les pouvoirs à Emmanuel Macron.

Dimanche prochain, il faut envoyer le plus grand nombre de députés LR-UDI-CPNT à l’Assemblée nationale afin d'avoir un contre-pouvoir salutaire le plus important possible, mené par le deuxième parti de France.

  • 0

Odieuse profanation de la tombe du Général de Gaulle

Intolérable profanation de la tombe du Général de Gaulle à Colombey-les-Deux-Églises, le jour dédié à la Résistance.

C’est l’honneur de la France et l’image du Général qui ont été salis par cet acte inqualifiable.

C’est l’histoire de France, notre culture et les valeurs du gaullisme qui ont été attaquées par cette dégradation qui doit être sévèrement punie.

CPNT appelle à la résistance et à se battre pour la France, ses traditions, sa culture et les valeurs du gaullisme.

  • 0

Hulot ministre : un sinistre de plus pour les ruraux !

Avec la nomionation de Nicolas Hulot au ministère de l’Environnement, c’est une déclaration de guerre adressée au monde rural, au monde agricole, à l’élevage et aux chasseurs de France !

Le nouveau ministre de l’Écologie n’a jamais caché sa détestation des chasseurs, qualifiés de « semeurs de trépas », et son militantisme à vouloir faire disparaitre la chasse en France.  

Un recyclage de plus du Hollandisme avec l’envoyé spécial pour la planète devenu maitre du business écolo notamment avec les grandes firmes polluantes.

Le président de la République démontre par cette nomination son approche superficielle et marquetée de sa politique.

Assurément les élections législatives donneront l’occasion aux ruraux et aux chasseurs d’exprimer leur colère en soutenant les candidats LR-UDI-CPNT, seuls porteurs d’un véritable projet en faveur de la ruralité et de la chasse.

  • 2
S'abonner à ce flux RSS