CPNT s’inquiète de la fermeture des écoles rurales

jeudi 21 mars 2019
Crédit photo : Stocklib / ricochet64

Chaque année c’est 2 à 300 classes de moins de 17 élèves qui ferment en zones rurales sous prétexte qu’elles ne sont pas rentables. On ose parler de rentabilité alors qu’il s’agit d’éducation de nos enfants !

Le Président de la République déclarait pourtant en juillet 2017 : « Les territoires ruraux ne peuvent plus être la variable d’ajustement, il n’y aura plus aucune fermeture de classe dans les zones rurales ».

Alors que le gouvernement pousse au regroupement pédagogique et veut en même temps supprimer les écoles à classes uniques, il offre aux villes et aux zones d’éducation prioritaire des classes à 12 élèves, et pendant ce temps-là, on ferme celle où il y a moins de 17 élèves dans les zones rurales. Une fois de plus, la ruralité paye l’addition d’une gestion arbitraire inacceptable. Ces fermetures ne devraient pas se faire en fonction du nombre d’enfants scolarisés, mais en fonction de la revalorisation des territoires déjà trop à l’abandon.

Depuis plusieurs mois, les élus « Les Républicains » à l’Assemblée nationale et au Sénat se sont manifestés sur le terrain pour demander un moratoire sur le sujet. CPNT s’associe pleinement à leur démarche et demande au gouvernement de revoir sa copie et de stopper l’hémorragie rurale.

Une école qui ferme c’est un village qui se meurt...

Laissez un commentaire

information obligatoire si présence d'un astérisque (*). Code HTML non autorisé.

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…