CPNT

Chasse des oies en février : CPNT33 en colère après le gouvernement !

CPNT Gironde est particulièrement en colère à la vue du manque de courage politique du gouvernement, de sa ministre de l’écologie et de ses parlementaires.

Comment est-il possible que Ségolène Royal qui avait initié une mission d’information sur les oies sous la responsabilité du président du groupe chasse Philippe Plisson, et qui avait de même sollicité les instances européennes, n’ait pas choisi de s’appuyer sur l’une des deux dérogations qui lui étaient proposées, l’une par la Fédération Nationale des Chasseurs et l’autre par l’UNACOM ?  

La prise de l’une de ces dérogations aurait permis de faire avancer la jurisprudence nationale et européenne en la matière et de donner la possibilité aux chasseurs de chasser des oies en février, alors qu’elles seront de toute manière chassées et gazées au nord de l’Europe.

CPNT en appelle à madame Royal et aux parlementaires socialistes de la Gironde qui semblent tous bien muets sur le sujet et, au premier rang, Philippe Plisson et Pascale Got, président et vice-présidente du groupe chasse. De grâce, que l'on nous nous fasse pas encore le coup du dossier pour... 2018 ! C'est du réchauffé et les chasseurs auront bien compris le choix politique de favoriser les opposants à la chasse et les amis de l'agence française de la biodiversité !

Assurément c’est un bien mauvais coup porté aux candidats de la primaire de la Gauche et à celui qui en sortira vainqueur. Lionel Jospin avait fait les frais d’une politique anti-chasse, perdant pas moins de 600.000 voix avec de très nombreuses voix des chasseurs de gibier d’eau et de leurs familles.

CPNT assumera ses prises de position si la droite revient au pouvoir en 2017. Mais en attendant, il y aura probablement des sanctions dans les urnes si le gouvernement reste sourd aux demandes légitimes des chasseurs de gibier d’eau.

CPNT33 s’interroge sur les raisons premières de la ministre et celles du silence du président du groupe chasse. Ségolène Royal ferait-elle payer aux chasseurs ses problèmes relationnels avec le président de la Région Nouvelle Aquitaine et celui de la Fédération des chasseurs ?  Philippe Plisson aurait-il déjà cessé son travail parlementaire avant la fin de son mandat, ou est-ce son ralliement à François de Rugy ?

Une chose est certaine, ce sont les chasseurs de gibier d’eau qui font les frais de ces inacceptables ressentiments politiciens  ! 

Laissez un commentaire