Avec le drame de l’Aude, Eddie Puyjalon, Président de CPNT Gironde, ne peut que s’inquiéter des conséquences idéologiques qui avaient conduit en 2013, l’ex-Préfet de la région Nouvelle-aquitaine, Michel Delpuech à refuser le permis de construire du nouveau radar de météo France pour satisfaire le lobby éolien. Les services de la préfecture ayant à l’époque priorisé une possible implantation de cette énergie gadget dans le Médoc, au détriment de prévisions plus affinées de météo-France.

Une décision lourde de conséquences qui n’a toujours pas été corrigée par les différents préfets qui lui ont succédé et qui complique sensiblement la tâche des prévisionnistes de météo France Mérignac.

CPNT dénonce cette erreur d’appréciation et invite le préfet à rapidement reconsidérer la construction d’un nouveau radar météorologique !

Avec un gasoil qui franchit la barre symbolique de 1,50 € le litre, c’est un coup de massue que prennent les Français, d'autant plus quand 62% du prix est composé de taxes !

Nombreuses sont les catégories professionnelles ou associatives, particulièrement rurales, qui voient leurs charges s'accroitre. Le gouvernement a choisi de diviser une France à deux vitesses : celle des villes et ses transports collectifs et celle de la ruralité qui en est privée.

A l'augmentation des taxes sur le carburant s'ajoute la taxe carbone, qui à elle seule fait bondir le prix du fioul domestique à bientôt 1 euro. Se chauffer correctement devient-il un luxe ? Encore une fois, l'écologie est vue au travers du prisme punitif ! Il est temps de comprendre qu'on ne sauvera notre environnement à coup de taxes.

Face à ce matraquage fiscal, CPNT - Le mouvement de la ruralité demande au gouvernement de mettre en place un plan d'urgence en faveur de la ruralité. Il rejoint la proposition des Républicains de créer des tickets carburants pour financer un plein mensuel de 50 euros, défiscalisé, sans impôts ni charges, par salarié. Une mesure pourtant appliquée en Allemagne, mais scandaleursement rejetée par les députés LREM en avril dernier !

A l'approche de l'hiver, CPNT demande une baisse de la Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Énergétiques (TICPE) sur le fuel domestique pour permettre aux Français en grande difficulté financière de vivre dignement, à l’exemple de la Belgique où on se chauffe à 0,60 € le litre contre 0,98 € en France.

Il est temps d'arrêter de taxer nos concitoyens. Les Français sont excédés par cette politique du mépris pour nos territoires ruraux et plus généralement pour l'ensemble du pays.

Ce vendredi 5 octobre 2018, Eddie Puyjalon, président de CPNT - Le mouvement de la ruralité a parcouru les allées du Sommet de l’Élevage de Clermont-Ferrand aux côtés de Laurent Wauquiez, Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Une édition 2018 qui a battu tous les records avec de 95 000 visiteurs et 1500 stands !

Le président de CPNT et la délégation CPNT Auvergne-Rhône-Alpes, composée de Pascal Pointud, Joseph Beaussaron et Marie France Dabert, ont reçu un accueil chaleureux dans les allées du salon contrairement au ministre de l'Agriculture, venu la veille, chahuté par le monde paysan !

Au cours de cette visite de plus de 6 heures à l'écoute des éleveurs bovins, ovins et équins et des problématiques rencontrées, le président de CPNT a réaffirmé son soutien au monde agricole et mis en garde les pouvoirs exécutifs sur la dangerosité du loup et de l'ours.

CPNT note avec satisfaction le soutien de Laurent Wauquiez au dossier porté par CPNT Puy-de-Dôme sur la race ovine RAVA et a confirmé à Eddie Puyjalon sa volonté de voir aboutir la valorisation de cette race emblématique de la chaine des Puys. De même, l’ampleur de l’engagement financier de la région en faveur de l’agriculture souhaité par Laurent Wauquier, à l’exemple du partenariat signé pour la sauvegarde des territoires agricoles, est une excellente nouvelle pour la profession.

CPNT salue également le positionnement clair de Laurent wauquiez contre les exactions des végans et autres antispécistes et demande au gouvernement de tout mettre en œuvre pour mettre fin à leur violence. CPNT est et restera présent au côté du monde rural afin de le défendre contre une vision parisienne de nos dirigeants.

Après avoir été tondus financièrement par la politique du gouvernement comme tous les ruraux, les bergers pastoraux se voient confrontés aux lâchers d'ours imposés par le préposé de l'écologie punitive du gouvernement Macron.

Par des décisions purement électoralistes en direction de la bobo écologie, François de Rugy vient de parachever les intentions de son prédécesseur Nicolas Hulot. La réintroduction d'ours dans les Pyrénées compromet encore plus la durabilité des exploitations et accentue le poids du stress et l'angoisse sur les épaules des éleveurs, entrainant des conditions de travail insupportables.

Ces lâchers sont l'exemple flagrant d'un monde rural abandonné à l'idéologie d'une écologie des villes sans fondement ni bon sens !

Plus que jamais, CPNT - le Mouvement de la Ruralité défend les éleveurs et comprend l'expression de leur colère.

Le 24 juillet 2018 le CNCFS, ainsi que le ministère de la Transition Écologique, rendaient un avis favorable concernant la reconduction des quotas d’oiseaux dont la capture est autorisée selon des modes de chasses traditionnelles pour la saison 2017-2018

Mais voilà, c’était sans compter sur l’arrivée au ministère de l’écologiste François de Rugy qui vient de signer un arrêté totalement contraire en diminuant drastiquement ces quotas, bafouant ainsi les organismes paritaires consultatifs !

Dans son communiqué du 4 septembre, CPNT dénonçait, avec François de Rugy, le retour du dogmatisme Vert au sein du ministère de l’Ecologie. CPNT constate à regret ne pas s’être trompé sur l’extrémisme antichasse du nouveau ministre de tutelle de la chasse.

Finalement la baisse du permis national à 200 euros n’aura été qu’un leurre pour pigeonner les chasseurs. CPNT attend du gouvernement qu’il assure la pérénité dune chasse populaire et légitimée !

CPNT s’associe à la Fédération nationale des chasseurs dans sa démarche de gestion adoptives des espèces pour une chasse moderne, respectueuse de la dynamique des espèces chassées en donnant plus de liberté aux chasseurs de France.

Page 1 sur 112
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…