Dans le cadre de la réforme des retraites, CPNT au Féminin dénonce le projet de suppression de la pension de réversion, qui va une nouvelle fois pénaliser injustement les ayants droit, particulièrement dans le milieu rural.

Nos agriculteurs, nos artisans sont souvent assistés bénévolement par leur conjoint.e, leur entreprise ne leur permettant pas de rémunérer les deux personnes. Dans ces conditions, la pension de réversion est l’unique revenu permettant au survivant du couple, en majorité les femmes, de vivre, voire de simplement survivre. Elle constitue également un complément de retraite indispensable lorsqu’elles ont eu des emplois à temps partiel ou à carrière courte.

Après l’augmentation de la CSG, c’est encore une fois nos ainés, particulièrement les ruraux qui vont être pénalisés. Le déni du droit de toucher après le décès de son conjoint une partie de la retraite qu’il percevait de son vivant ou qu’il aurait perçue s’il avait vécu est une honte !

CPNT au Féminin s’étonne du silence de Marlène Schiappa, Secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, si prompte à réagir d’habitude, et l'invite à intervenir en faveur du maintien de cette réversion indispensable aux veuves, notamment en milieu rural.

CPNT - Le Mouvement de la ruralité et Génération CPNT dénoncent une inadmissible dérive à l’éducation nationale qui propose en guise de sujet du bac les thèses favorites des animalistes, antispécistes, végans...

Il n’est pas tolérable de clouer au pilori les chasseurs de France et de formater l’esprit des jeunes générations contre l’art de la chasse présent depuis des décennies. Que Montaigne ou Marguerite Yourcenar n’aimaient pas la chasse, c’était leur droit, mais qu’aujourd’hui l’éducation nationale vienne soumettre une vision partiale et déconnectée des relations entre les hommes et les animaux en conspuant les chasseurs par des écrits sélectionnés à charge est une honte.

D’autres écrits et versets pourraient étayer le contraire et susciter l’interrogation et la réflexion des futurs bacheliers sur les relations naturelles qui habitent les peuples de chasseurs-cueilleurs, des Inuits aux Amérindiens. Il existe des relations fortes qui s’inscrivent dans nos gènes et dans les relations naturelles entre les animaux, comme celles des prédateurs et de leurs proies.

La bonne éducation aurait voulu donner le choix entre plusieurs courants de pensée chez les auteurs comme Alexandre Dumas, Georges Clémenceau ou Ernest Hemingway, or, c’est le sectarisme d'une minorité du monde éducatif qui s’exprime au travers de ce sujet. CPNT et Génération CPNT en appellent au ministre de l’Éducation nationale pour s’excuser de l’atteinte portée aux chasseurs de France et lui demandent de bien vouloir condamner cette dérive inadmissible de ses services !

L’Assemblée Nationale a voté, mardi 12 juin, la loi sur l’Evolution du Logement, de l’Aménagement et du Numérique (loi Elan).

CPNT dénonce avec la plus grande fermeté l’irresponsabilité du gouvernement qui, avec cette loi, fait passer l’obligation de construction de logements neufs accessibles aux personnes handicapées de 100% à 10%.

Ce même gouvernement a pourtant déclaré au début du mandat « le handicap : priorité du quinquennat ». Qu’est-ce que cela aurait été si ça n’avait pas été une… priorité ?

La loi précise également que les logements « devront être facilement évolutifs ». Outre le fait que ce terme « évolutif » va devoir être précisé par décret, le président des riches oublie qu’un aménagement coutera entre 3.000 et 20.000 euros.

Quant aux aides possibles, il faut compter aujourd’hui entre 6 et 18 mois pour obtenir une réponse des Maisons Départementales des Personnes Handicapées (MDPH) et elles ne couvrent généralement pas la totalité des coûts induits.

Par ses actes, le gouvernement crée une situation de discrimination insupportable pour les personnes en situation de handicap. CPNT se battra aux côtés des associations et de nos sénateurs afin que le texte soit amendé lors du débat au Sénat.

 

A l’appel de la FNSEA, les agriculteurs ont entamé un mouvement de blocage des raffineries. Ils protestent contre l'autorisation donnée par le gouvernement au groupe pétrolier Total d'importer 300.000 tonnes d'huile de palme. Ils protestent contre la distorsion de règles qui existent entre la production d’huile de colza française et l’huile de palme importée principalement d’Asie.

Il est incompréhensible de voir le gouvernement signer des accords qui finissent par faire que les agriculteurs français sont dissuadés de produire des aliments dont, parallèlement, les traités commerciaux vont légitimer l'importation.

Oui, il est inacceptable de voir Total importer de l'huile de palme à hauteur de 50% des matières premières permettant de fabriquer des biocarburants dans son usine du sud de la France, alors que ces biocarburants pourraient naître de matières premières produites dans nos régions.

Oui, il est inacceptable de laisser passer des accords commerciaux aux conséquences dramatiques tant sur notre alimentation que sur l’environnement, à l’image symbolique de cet orang-outang luttant désespérément contre la destruction de son milieu, victime de la déforestation à outrance pour produire encore plus d’huile de Palme. Un orang-outang condamné à disparaître à court terme.

Malgré la gêne que cela pourrait occasionner pour les automobilistes, il faut être solidaire de nos agriculteurs, de la nécessité de repenser l’agriculture, de soutenir les marchés européens et nationaux et d’encourager les modes de production respectueux de l’environnement…

La Commission européenne a dévoilé les premiers éléments du budget de l'Union européenne pour la période 2021-2027 : un budget en hausse de 17% pour s'établir à 1.279 milliards d'euros, malgré le départ du Royaume-Uni.

Malgré cette hausse, CPNT s'inquiète de la volonté manifeste de la Commission à vouloir diminuer de près de 12% le montant de la Politique Agricole Commune (PAC). Quel désarroi pour les agriculteurs français qui seraient directement impactés d’une perte de 5 milliards d'euros d'aides sur la période !

Plus grave encore, la Commission européenne souhaite « renationaliser » la PAC. Cela est inquiétant, car à partir du moment où les conditions d'attribution des aides ne sont plus uniformisées, le modèle agricole européen risque de disparaître, tandis que les situations de dumping social ou environnemental se multiplieront obligatoirement !

CPNT aux côtés des agriculteurs, demande avec gravité à ce que le gouvernement français et ses partenaires européens, notamment l'Allemagne, deuxième bénéficiaire de la PAC, défendent plus que jamais cette politique agricole commune si vitale pour nos agriculteurs, mais surtout une politique rémunératrice basée sur le juste prix en fonction des couts de production...

.

Page 1 sur 108
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…