Election présidentielle : les 11 propositions chasse de CPNT reprises par François Fillon

vendredi 17 mars 2017
Capture vidéo

Proposition F. Fillon
Il faut relancer le bénévolat : cela ne sera ni simple, ni gratuit, mais ce coût éventuel est un modeste prix à payer pour éviter que ne se détricote le tissu social de nos campagnes.

Proposition CPNT : Comme pour l’ensemble des activités gérées par des bénévoles, la reconnaissance du travail accompli par l’État en donnant droit aux bénévoles d’un trimestre sur la carrière pour 5 ans d’engagement dans l’activité bénévole ou des avoirs fiscaux selon les cas.

Proposition F. Fillon
Aucun mode de chasse traditionnel ne doit disparaître. Ces chasses, dites traditionnelles, très règlementées, font partie de notre patrimoine culturel et social.

Proposition CPNT : Le maintien de la chasse et notamment des chasses traditionnelles dans les zones Natura 2000, dans les trames vertes et bleues et dans les réserves naturelles nationales.

Proposition F. Fillon 
Il paraît donc justifié, et cela sans faire passer nos chasseurs pour des braconniers, d’avoir en France un plan de tir raisonnable, mesuré et vérifiable, de quelques milliers d’oies pendant les deux premières décades de février, adaptable selon les circonstances naturelles.

Proposition CPNT : La fermeture au 20 février et sans condition particulière, des espèces en bon état de conservation et notamment des oies et siffleurs,

Proposition F. Fillon
Dans la même logique, il me semble difficilement compréhensible de continuer à décaler les dates d’ouverture du gibier d’eau, selon que l’on chasse à la côte ou dans les marais de l’intérieur.

Proposition CPNT : Une ouverture du gibier d’eau sur le domaine terrestre alignée sur le Domaine Public Maritime.

Proposition F. Fillon 
En attendant, il faudra, dès 2017, introduire des demandes de dérogation et veiller à ne jamais surtransposer les textes européens.

Proposition CPNT : La fermeture au 20 février et sans condition particulière, des espèces en bon état de conservation et notamment des oies et siffleurs, espèces massacrées aux Pays-Bas, avec l’engagement du dépôt de la dérogation pour la chasse des oies et la mise en place d’une mission diplomatique avec les instances européennes sur ce sujet.

Proposition F. Fillon
Cet exemple montre combien les concepts imbriqués de ruralité, de nature et d’environnement ont été, en France plus particulièrement, confisqués par une certaine pensée politique et administrative.

Proposition CPNT : L’arrêt de la politique d’éradication des chasseurs et de leurs installations de chasse  instaurée par le Conservatoire du Littoral et mise en place d’une politique de maintien des installations avec charte de bonnes pratiques,

Proposition F. Fillon
L’illustration en est la volonté de la ministre de mettre en réserve naturelle nationale l’intégralité de l’estuaire de la Loire contre l’avis de tous les usagers de terrain et des élus de toutes tendances confondues.

Proposition CPNT : Le retrait du projet ministériel de réserve naturelle nationale de l’Estuaire de la Loire.

Proposition F. Fillon
Gérer toutes les espèces et tous les espaces, cela signifie aussi bien interdire provisoirement la chasse que rétablir le caractère chassable d’une espèce revenue à bonne fortune.

Proposition CPNT : Le lancement d’un processus visant à réautoriser la chasse de certaines espèces comme la Bernache Cravant (dossier de dégâts agricoles et environnementaux), les limicoles et autres canards plongeurs)

Proposition F. Fillon
La question du ministère de tutelle de la Chasse illustre cette problématique de conciliation entre gestion avisée et protection dogmatique. C’est donc cette piste de ministère des Ressources naturelles ou des territoires ruraux que nous devrons explorer .

Proposition CPNT : A l’exemple du Canada, CPNT demande la création d’un secrétariat d'État aux ressources renouvelables incluant la chasse et la pêche et les loisirs verts, secrétariat rattaché au ministère de la Ruralité voire de l’Agriculture ou de l’environnement.)

Proposition F. Fillon
Pour ce qui concerne l’indemnisation des dégâts commis par le grand gibier, je suis d’accord pour reconnaître que la facture devrait être partagée, dès lors que les chasseurs, pour diverses raisons, ne peuvent plus gérer les populations de sangliers ou de cervidés. Elle doit être ainsi partagée avec les propriétaires fonciers publics et privés qui laissent proliférer à l’excès le gibier sur leurs fonds, sans tenir compte des dégâts commis par celui-ci sur les exploitations agricoles voisines.

Proposition CPNT : que le 2ème pilier de la politique agricole commune (PAC) prenne en compte les dégâts  non seulement de gibier, mais tous les autres comme le blaireau, les corvidés…la mise en œuvre simple de la possibilité de faire payer les dégâts de grands gibiers aux propriétaires refusant la chasse.)

Proposition F. Fillon
Ce texte nous permettra notamment, sous le contrôle vigilant de l’État, de simplifier et de moderniser l’examen du permis de chasser en en confiant la gestion technique aux fédérations départementales de chasseurs.

Proposition CPNT : L’examen du permis de chasser devenant de plus en plus complexe et constituant un frein à la pratique, CPNT demande : une simplification de l’examen du permis de chasser, l’organisation de l’examen par les Fédérations de chasseurs, La défiscalisation du permis de chasser avec un permis national à moins de 200€.

Laissez un commentaire

information obligatoire si présence d'un astérisque (*). Code HTML non autorisé.

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…