Biocarburants : la goutte d’huile qui fait déborder le vase

lundi 11 juin 2018
Crédit photo : Sstocklib / Tan Kian Yong

A l’appel de la FNSEA, les agriculteurs ont entamé un mouvement de blocage des raffineries. Ils protestent contre l'autorisation donnée par le gouvernement au groupe pétrolier Total d'importer 300.000 tonnes d'huile de palme. Ils protestent contre la distorsion de règles qui existent entre la production d’huile de colza française et l’huile de palme importée principalement d’Asie.

Il est incompréhensible de voir le gouvernement signer des accords qui finissent par faire que les agriculteurs français sont dissuadés de produire des aliments dont, parallèlement, les traités commerciaux vont légitimer l'importation.

Oui, il est inacceptable de voir Total importer de l'huile de palme à hauteur de 50% des matières premières permettant de fabriquer des biocarburants dans son usine du sud de la France, alors que ces biocarburants pourraient naître de matières premières produites dans nos régions.

Oui, il est inacceptable de laisser passer des accords commerciaux aux conséquences dramatiques tant sur notre alimentation que sur l’environnement, à l’image symbolique de cet orang-outang luttant désespérément contre la destruction de son milieu, victime de la déforestation à outrance pour produire encore plus d’huile de Palme. Un orang-outang condamné à disparaître à court terme.

Malgré la gêne que cela pourrait occasionner pour les automobilistes, il faut être solidaire de nos agriculteurs, de la nécessité de repenser l’agriculture, de soutenir les marchés européens et nationaux et d’encourager les modes de production respectueux de l’environnement…

Laissez un commentaire

information obligatoire si présence d'un astérisque (*). Code HTML non autorisé.

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…