CPNT

"Grippe" aviaire : OUI au principe de responsabilité, NON au principe de précaution exagéré !

"Grippe" aviaire : OUI au principe de responsabilité, NON au principe de précaution exagéré ! Fotolia - animaflora

Depuis une semaine des oiseaux migrateurs porteurs du virus H5N8 non pathogène pour l’homme, précisons-le, sont recensés en Europe et dans de nombreuses régions du monde.

Ce nouvel épisode tombe après la mise à mort d’une partie de la filière palmipède gras du Sud-Ouest au cours du premier semestre de 2016, provoquée par l’application d’un principe de précaution exagérément poussé à l’extrême. Rappelons que dans ce dernier cas, les oiseaux sauvages n’étaient pas, d’après les experts, les vecteurs de cette épidémie.

C’est encore l’affolement général ! Zones écologiques à risque particulier, attaques contre des pratiques de chasse, d’élevage et de vente sur les marchés… Principe de précaution, tu nous tiens toujours et encore, pourtant, ce virus H5N8 n’a pas encore été isolé en France !

Les chasseurs présents tous les jours sur le terrain peuvent et doivent être des vigies efficaces des services vétérinaires. Nous devons noter le pouvoir pathogène particulier de la souche H5N8 vis-à-vis des anatidés sauvages et autres espèces comme les aigrettes, alors que les canards domestiques sont présumés peu sensibles aux différents virus influenza.

L’interdiction du transport des appelants pour la chasse du gibier d’eau ou celui des lâchers de gibier ne renforce en rien les mesures de précaution prises par l’administration. Les chasseurs ne sont pour rien dans le danger grippe aviaire !

CPNT appelle les pouvoirs publics à la raison en demandant la substitution d’un principe de responsabilité au principe de précaution exagéré pour une maladie qui n’est pas prête d’être éradiquée…

Lire la note CPNT d’information détaillée

Laissez un commentaire