Et si le 8 mars c’était enfin toute l’année pour les femmes !

mardi 6 mars 2018
Crédit photo : Stocklib

Cette journée de reconnaissance des droits des femmes doit-être l’occasion du bilan de la situation des femmes en 2018.

Le 8 mars reste toutefois une opportunité pour faire entendre les revendications des femmes et elles sont nombreuses, la moitié de l’humanité, surtout pour celles qui vivent en milieu rural.

Pour toutes ces femmes jeunes, actives ou retraitées, les réformes gouvernementales depuis l’élection présidentielle d’Emmanuel Macron ne vont pas dans le sens d’une amélioration de leur condition de vie, pire elles amplifient leurs difficultés au quotidien : les fermetures de classes programmées pour la prochaine rentrée, la baisse des revenus des retraités par la CSG, l’augmentation du prix du carburant - encore une baisse du pouvoir d’achat des familles dont la voiture est un besoin essentiel chaque jour notamment en campagne - sans oublier les incidences de la réduction de la vitesse à 80 km/h sur les routes qui pénalise principalement les automobilistes ruraux, en rallongeant sensiblement les temps de trajets professionnels pour les actives indépendantes ou non, telles que les infirmières à domicile, les aides ménagères, emploi à la personne… ou familiaux pour conduire leurs enfants à l’école ou la crèche… et bien d’autres éléments.

Si CPNT AU FÉMININ - Le mouvement de la ruralité peut se réjouir des victoires et des acquis gagnés de haute lutte par l’action de nombreuses femmes, il peut regretter qu’à ce rythme, il faille encore attendre longtemps pour une réelle égalité homme-femme et que cette journée n'ait plus de raison d'être !

Laissez un commentaire

information obligatoire si présence d'un astérisque (*). Code HTML non autorisé.

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…