EHPAD : il faut impérativement des moyens à la hauteur des besoins !

lundi 28 mai 2018
Crédit photo : Stocklib /kzenon

Dès 1988, le rapport Théo Braun - Michel Stourm signalait l’importance du problème que le vieillissement progressif de la population allait poser. Depuis trente ans, la France prend du retard et se demande comment aider les personnes qui deviennent de plus en plus dépendantes, et comment financer leur prise en charge.

Emmanuel MACRON s’est exprimé, il y a quelques semaines, sur la situation de l’aide aux personnes âgées. La ministre de la Santé a également annoncé vouloir d’ici l’automne un ajustement de la réforme controversée du financement des établissements d’hébergement pour personnes âgées et dépendantes.

Pour autant, ces mesures sont insuffisantes et elles pèseront une fois encore sur les mêmes : deuxième jour de solidarité, création d’une cinquième branche de la sécurité sociale.

Le vieillissement dans notre pays n’ayant pas été anticipé, CPNT au Féminin déplore des dysfonctionnements qu'il faut traiter en urgence : problèmes financiers des établissements, insuffisance des moyens humains, personnel épuisé et surchargé de travail (quand une toilette doit être faite en moins de 12 min, cela révèle une forme de maltraitance pour la personne aidée), etc. D'autant plus que l’âge moyen d’entrée en EHPAD est de 85 ans, nos ainés intègrent de plus en plus vieux entraînant une dépendance beaucoup plus lourde...

Depuis plusieurs années, le maintien à domicile a été privilégié, mais là aussi nous constatons les limites de la prise en charge adaptée aux besoins au domicile.

Les baisses de dotation ont mis à mal les finances des départements. Pour la plupart d'entre eux, le budget social qui comprend la solidarité, représente plus de 50% du budget total est en constante augmentation. Les négociations prévues avec les départements sur le financement de la dépendance se doivent d’être à la hauteur. L’État doit donner les moyens nécessaires. C’est pourquoi nous nous inquiétons du discours de Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, qui a indiqué vouloir diminuer les dépenses liées aux aides sociales.

CPNT au féminin ne peut se résoudre au fatalisme ! Nos ainés font partie des priorités. Il faut impérativement améliorer leur accompagnement, soutenir les aidants familiaux, souvent déchirés par la décision de placer leurs parents et devant participer financièrement aux frais d'hébergement, donner de meilleures conditions de travail aux salariés et donner à nos ainés toute leur place pour leur permettre de vieillir dans le respect et la dignité.

Laissez un commentaire

information obligatoire si présence d'un astérisque (*). Code HTML non autorisé.

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…