CPNT

Les preuves de l’intérêt du partenariat de CPNT avec l'UMP et de sa synergie avec les instances de la chasse (FNC, ANCGE, etc.)

Si l’on s’en réfère au nombre d’individus qui en seraient frappés, ce serait un mal bien français, un syndrome bien naturel, une forme de schizophrénie négative : le pessimisme ambiant, symptôme du verre d’eau à moitié vide.
Bien peu de chasseurs osent aujourd’hui se replacer dans le contexte post 2002, et encore moins se projet­teraient à aujourd’hui sous un ou deux quinquennats supplémentaires avec la gauche plurielle... Bien évidem­ment, il ne s’agirait là que d’une pure imagination de l’esprit ou d’une simple extrapolation de ce que nous avions connu, mais en se configurant dans une logique de continuité de leur programme et de son possible aboutissement : je parle bien évidemment de celui des Verts plongés au coeur d’un gouvernement de gauche plurielle, continuant à avaler des couleuvres, mais toujours autorisés à casser du chasseur et à mettre sous cloche l’ensemble de la nature…
À l’évidence, nous sommes plus exigeants avec les autres qu’avec nous-mêmes; encore que, l’actualité interne tend à montrer qu’on se focalise injustement sur les jugements les uns vis-à-vis des autres. L’art de la critique permanente...et même pas toujours constructive...
Le chasseur n’échappe pas à cette règle, il ne regarde pas en arrière, ni même en avant d’ailleurs. Non, il reste englué dans un individualisme, voire égoïsme, récurant ne conduisant bien souvent qu’à s’inquiéter que de la seule chasse qu’ils pratiquent et lors­qu’elle a la chance d’être moins attaquée ou qu’elle jouit d’avancées conséquentes. Alors l’intérêt premier qu’il en faisait naguère, rejoint les profondeurs de sa mémoire sélective toujours fixée sur des objectifs à géométrie variable, rejoignant le mécontentement ambiant puisqu’il surfera du cynégétique au pouvoir d’achat, du service public au congé d’été, du chien du voisin à je ne sais quel autre argument pour surenchérir dans la névrose du «rien ne va; c’est la faute à l’autre»...

Loin de la planète des « bisounours », nous connaissons tous les carences de notre société et ses dérives sociétales. Pour autant, selon où l’on place la barre de l’acceptable, dans son idéal de vie, selon où l’on aura placé le curseur de ses propres priorités, il devrait exister une juste reconnaissance et une bonne mémoire pour ce que l’on considérait encore la veille incontournable, voir vital.
Ainsi, entendons-nous les sempiternels adeptes du «y a qu’à; faut qu’on», ou du «vous auriez du», s’inscrivant dans le dénigre­ment permanent, dans un nombrilisme aveugle oubliant les signes tangibles de renouveau, les implications et travail des autres, méconnaissant la parallèle des situations entre celles des années 2000 et celle d’après 2010...
Comment peut-on oublier que la stratégie de partenariat et de soutien à la majorité gouvernementale, choisie collectivement par nos instances et par CPNT, a largement contribué au rétablissement de la chasse des oies en février par le gouvernement. Pourtant, combien de chasseurs étaient partis les chasser ce mois de février, où l’année dernière, ne se rappelant plus qu’il y a encore deux ans, cette chasse fermait le 31janvier ?
Pourquoi minimiser la convention de partenariat pour l’éducation au développement durable qui a été signée avec la Fédération nationale des chasseurs et la fédération nationale de la pêche en France en mars 2010 ? Alors que cette convention doit renforcer le partenariat déjà existant entre les établissements scolaires et les fédérations des chasseurs et des pêcheurs. Des chasseurs et des pêcheurs dans les écoles, ce n’est pas rien…et tout le monde, y compris chez nous, n’a eu de cesse de râler contre l’omnipré­sence des écolos dans les circuits de l’éducation et le lavage de cerveau qu’ils faisaient à nos enfants.
L’obtention pour les fédérations de chasse et de pêche du statut d’agrément à la protection de la nature est aussi une belle recon­naissance pour le monde de la chasse et de la pêche.
L’utilisation des portables ou talkie-walkie à la demande de CPNT pour les chasseurs de montagne qui connaissaient d’énormes difficultés à organiser leur plan de chasse et ayant en plus la présence de l’ours à gérer.
Le délit d’entrave à la chasse par décret du 4 juin 2010 créant une contravention pour obstruction à un acte de chasse a été publié au JO du 6 juin 2010 pour lutter contre les hunt-saboteurs, ah ! Toute la communauté tapait sur CPNT tant que nous n’avions pas obtenu sa publication ou que ça n’avançait pas… Combien l’en sont félicités par la suite ? Combien ont su reconnaître l’efficacité politique de CPNT dans ce dossier comme dans celui des oies ou des appelants ? Bien peu…
La gestion du permis de chasser par les fédérations, sa simplification et la mise en place des permis temporaires 3 jours, 9 jours là aussi, ça va dans le bon sens. Les dates élargies de la chasse au grand gibier, la nomination des représentants de la chasse au Conseil Economique, Social et Environnemental national, le dossier piégeage et celui des armes moins contraignant que l’original prévu......
L’allègement du dispositif d’utilisation et de détention des appelants, la déclaration annuelle devient définitive, le marquage est simplifié, la déclaration en cas de mort suspecte est élargie, le nom latin disparaît et le registre est simplifié, les bagues sont réuti­lisables, etc. Une Circulaire est sortie concernant les 100 espèces au choix (ce qui n’était pas le cas auparavant) avec une simplifi­cation pour les chasseurs pratiquant sur les lacs..
De plus, en la matière, il serait bon (avant de critiquer l’existence d’un baguage et de le reprocher aux politiques ou à CPNT) de se rappeler que ce sont les chasseurs de gibier d’eau eux-mêmes qui ont poussé à cette réglementation il y a quelques années pour lutter contre le vol de canards qu’ils pratiquent entre eux ! De même, n’oublions pas la jalousie maladive des chasseurs face à la quantité de sauvagines de certaines installations qui a conduit à demander la limitation du nombre de canards par installation par des dirigeants de la chasse eux-mêmes !
Concernant la chasse du pigeon ramier en mars en Ardèche, le Ministre de l’Écologie a mandaté un expert en droit européen de l’environnement pour explorer l’ensemble des possibilités juridiques pour la chasse de cet oiseau au mois de mars sur cer­tains cols ardéchois. Un protocole a ensuite été défini, accepté par toutes les parties en présence. La dérogation, par faute de comptages défavorables (mais les chasseurs ou CPNT ne maîtrisent pas la migration !!!), a été recalée. Notre action commune récente a permis de ne pas clore le dossier.
Et n’oublions pas l’action bénéfique de nos conseillers régionaux CPNT tant sur les dos­siers valorisants pour la chasse et la ruralité grâce à leur veille et alerte qui permettent à nos équipes locales d’agir sur le terrain sur ces bases et informations. Sans oublier que cela permet aussi de sensibiliser les élus de la majorité sur les politiques écologistes des régions tout en leur ouvrant les yeux, pour qu’ils les sanctionnent, les subventions scandaleuses aux écolos, etc. Etc. Alors, cessons de voir ces élus de la chasse comme des «nantis» et des «planqués» dans l’exercice de leur mandat qui sert à CPNT et non, comme certains le pensent, leur situation personnelle. Des élus, c’est une vitrine pour la chasse, c’est des moyens d’informations et d’actions permettant à la chasse, grâce à leurs liaisons avec les structures de terrain, de se défendre et de contrer les agissements des écolos.
Alors, hormis le combat à mener pour s’opposer à certains zonages et SCAP et sur les dates de fermeture et d’ouverture du gibier d’eau qui font toujours l’objet de retard et qui ne correspondent pas à nos attentes...encore que des discussions avec le gouvernement nous autorisent à croire à une bonne issue pour l’ouverture généralisée du gibier d’eau.
Tout cela ne serait rien; tout cela ne serait pas obtenu grâce aussi à l’action politique de CPNT (responsable quand on n’avait pas ces avancées; oublié depuis qu’on les a !)... Hé oui, bien sûr, il manquerait la chasse aux sorcières…
Travail de mémoire pour les chasseurs de gibier d’eau, au vu des articles de presse, des informations du 13h et du 20 h particulièrement peu élogieuses durant la dernière période de froid avec son lot d’exemples montrés à l’opinion publique. Reconnaissons sans flat­terie au moins au gouvernement d’avoir su garder son bon sens en refusant de donner suite aux demandes de la LPO de prononcer la fermeture de la chasse aux migrateurs pour cause de grand froid. Alors que du temps de la gauche plurielle et de Dominique Voynet, la chasse fermait en de telles situations pour 10 jours et souvent avec une reconduction de 10 jours supplémentaires...Mais là aussi, on oublie !!!
Alors oui CPNT continue de taper sur la table quand il le faut, lorsque l’injustice est fla­grante, comme fait récemment contre les actions et recours des écolos antichasse avec la FNC et l’ANCGE à Paris, avec courrier aux parlementaires, et aux responsables politiques nationaux !
Oui, nous n’apprécions pas de ne pas être invités à la tribune des États Généraux de la Chasse. Mais nous continuons d’agir de manière responsable sans quitter de l’oeil le rétroviseur pour savoir d’où l’on vient et le chemin qu’il nous reste à parcourir pour arriver où l’on veut…
Aux grincheux qui trouvent que le compte n’y est pas avec la stratégie choisie par CPNT, préférant parfois même pour certains celle des verts et de leurs alliés, je leur souhaite bien du plaisir... car ça ne s’arrêtera pas au retour du mercredi sans chasse, et Dominique Voynet nous a déjà clairement prévenus en 2007...Elle a au moins, elle, le courage de nous l’avoir dit en face et publiquement : on sait qu’elle et ses amis le feront demain s’ils reviennent au pouvoir.
Sans oublier leurs autres cibles puisque les verts, dans leurs discussions avec le PS, revendiquent maintenant le ministère de l’Agriculture...
Dîtes aux grincheux, aux «Yaka; fokon», aux impatients, de prendre au moins le temps de relire le programme des verts et des associations antichasse partenaires et soutiens du parti d’Europe écologie les Verts…dont chacun connait les autres alliés à gauche !
Alors, même si cette gouvernance actuelle n’est pas parfaite, si cette politique chasse n’est pas celle que nous ambitionnons, car pas assez ambitieuse, il est de notre responsabilité d’expliquer et d’éclairer nos amis chasseurs sur la réalité des dossiers chasse.
Il faut leur rafraîchir la mémoire, tant sur notre existence passée en tant que chasseur subissant les attaques permanentes et dis­criminantes avec leur spirale des restrictions que subissait l’exercice de notre passion, que sur l’état actuel de nos reconquêtes par l’action concertée de CPNT et des instances de la chasse française et la discussion avec nos partenaires de la Majorité. Même si tout n’est pas rose, même s’il en manque, un sacré chemin a été parcouru.
Beaucoup ont oublié ces années noires. À CPNT, nous n’avons rien oublié de cette période d’ostracisme de la chasse française !!!
Beaucoup ont oublié tout ce qu’on a récupéré depuis ces dernières années («Morceau avalé n’a plus de goût»...). À CPNT, nous sommes conscients des avancées, même s’il y a encore du chemin à parcourir !!!
Aujourd’hui, nous vivons une période plus favorable pour la chasse avec en filigrane de meilleurs sondages dans l’opinion publi­que, s’additionnant aux calculs politiques de la Majorité pour 2012 sur le vote chasseur, ce qui devrait logiquement se répercuter par d’autres acquis en faveur de la chasse.
En d’autres termes, cela dépend où chacun aura placé son propre curseur d’idéal de vie ou d’ambition (collective ou malheureuse­ment personnelle pour certains)... À CPNT, on sait ce qu’on veut et ce qu’on ne veut plus, notamment les Verts.
CPNT a pris racine sur fond de défense de la chasse française. Notre existence se calque bien souvent sur la pratique de notre pas­sion cynégétique et peu importe si le prix à payer pour pérenniser notre passion passe par des accords dérangeants pour certains. Et si ces accords leur donnent des aigreurs, c’est parce qu’alors la chasse et la ruralité ne sont pas leurs priorités...

Laissez un commentaire