Impact des éoliennes sur la biodiversité et les écosystèmes marins

mardi 7 février 2012
© Stocklib

Répercutions écologiques et pollutions / Impacts des éoliennes offshore / Impacts sur les ressources halieutiques des marins pêcheurs / Impact sur la chasse

Répercutions écologiques et pollutions

  • La pollution sédimentaire sera sans doute persistante sur une longue période avant, pendant et après les travaux d’implantations
  • Les perturbations entraineront un dérèglement du cycle biologique de la faune aquatique locale
  • Les frayères de soles et de crevettes grises pourraient être détruites par les activités de mise en place des raccordements.
  • Les bactéries et virus et les pollutions (PCB ) seraient remis en suspension lors des travaux de dragages et d’enfouissements ,et entraineraient donc une contamination de l’eau
  • L’environnement tiens aujourd’hui une place importante dans notre actualité et démontre une prise de conscience des enjeux environnementaux .Il est donc inconcevable que de tels projets puissent aboutir si nous souhaitons garder une certaine cohérence entre discours et actes

Impacts des éoliennes offshore

  • Les sites proposés présentent un risque pour les écosystèmes, les lieux de frayères et de grossissement d’espèces halieutiques
  • L’incidence potentielle couvre tous les compartiments des écosystèmes marins la colonne d’eau, le fond de la mer, ainsi que les rivages aux lieux de raccordements de l’espace aérien
  • Cela impact tous les lieux de vie des espèces remarquables ou exploités invertébrés, poissons, mammifères marins et les oiseaux.
  • L’influence hydro-sédimentaire peut affecter les fonds marins et modifier les habitats et les écosystèmes qui en dépendent
  • Les conséquences de l’implantation d’éoliennes concernent directement la pêche, la navigation, les usages traditionnels et pourrai conduire à des reports d’usages également impactant et à un accroissement déjà limité du détroit de la manche (circulation maritime la plus intense du monde)
  • La cohabitation avec les métiers de la pêche n’y est pas approfondie et reste très dangereuse
  • Le projet suscite une inquiétude forte sur le patrimoine culturel (épaves ) 
  • Il n’y a pas assez de données recueillies avant la construction des parcs
  • Les méthodes d’analyses sont controversées

Les études permettent d’affirmer certains points

  • Il ya un manque de connaissances beaucoup trop important même après la construction des parcs
  • Méconnaissance sur la faune marine préalable
  • L’effet sur le benthos est totalement méconnu 
  • Le milieu marin est connu de longue date mais le fonctionnement des écosystèmes demeure insuffisamment connu Et prévoir précisément, l’incidence des projets éoliens est actuellement illusoire
  • Il faut tenir compte des écosystèmes et des usages et non seulement des conditions économiques d’implantation 
  • Il faut une évaluation environnementale indépendante du maître d’ouvrage
  • La taille du projet éolien offshore et son espérance de vie rendent particulièrement conséquentes l’intensité et la durée de la pression exercée sur le milieu marin, de plus les incidences se cumuleront en cas de réalisation d’autres projets
  • Les espèces halieutiques, les modes de déplacement ou les habitats sont différents entre la mer baltique et la manche il est donc difficile de comparer les effets entre les implantations en mer baltique et en manche (la salinité est différente, les reliefs et fonds marins sont différents, les espèces différentes et les températures différentes) 
  • Les effets positifs ou négatifs selon les espèces ne sont pas appréhendés !
  • Une incidence sur les mouvements des sédiments en particulier pour la baie de somme ,la baie d’Authie et la baie de canche sera provoquée par les parcs éoliens

Impacts sur les ressources halieutiques des marins pêcheurs

  • Les études sont critiquées par certains spécialistes et par les marins  pêcheurs
  • Les pêcheurs ne veulent pas des subventions des promoteurs, mais simplement la pérennité de leur travail
  • Ils déplorent que les promoteurs parlent d’emplois nouveaux mais pas des emplois perdus
  • Ils déplorent que les emplois à terre corrélés à la pêche côtière ne soient pas défendus !
  • Le détroit de la manche comporte gisements halieutiques et  la perte de plusieurs km2 gênerait les petits bateaux côtiers de moins de 12 mètres
  • Les parcs éoliens modifieraient les frayères et les migrations des bancs de poissons
  • Les pêcheurs affirment qu’il y a une grande différence entre leur pêche coopérative et la pêche industrielle danoise
  • Les marins pêcheurs mettent en avant la gêne causée par la construction et le démantèlement des éoliennes
  • La crainte de perturbation des champs magnétiques et du système de surveillance
  • Contestation des protocoles d’études des promoteurs par le comité local des pêches
  • La sécurité du pilotage hauturier recommande d’éloigner les éoliennes à 5 miles nautiques du rail pour laisser les navires manœuvrer
  • Il y a un danger incontestable d’interférence des radars avec les éoliennes
  • La pêche locale des coquilles saint jacques est très active les dragues utilisées par les marins pêcheurs ne sont pas compatibles avec les câbles électriques déposés sur le fond de la mer
  • La fixation des pieux dans les fonds marins  de consistance solide devra nécessiter l’utilisation d’explosifs qui amplifiera les dégâts, tout comme l’enfouissement des câbles dans la zone éoliennes et la zone littorale, il y aura une réaction d’évitement des poissons et des mammifères pendant longtemps pendant et après les travaux

Impacts sur la chasse

Pour les parcs offshores allemand et danois les études menées montrent des lacunes : Pas assez de données recueillies avant la construction des parcs alors qu’il y avait 2 ans d’études Préalables et 2 ans d’études post installation
Des méthodes d’analyses controversées : Un manque de connaissances beaucoup trop important même après la construction des Parcs. Mais ces études permettent d’affirmer certains points :

  • L’impact  sur la migration est certain,
  • Les migrateurs peuvent être désorientés par les parcs offshores
  • La hauteur de vol des migrateurs dépend beaucoup des conditions climatiques, des saisons et de l’heure : Plus de la moitié des espèces migratrices volent à hauteur des éoliennes (sous le seuil des 200 m)
  • Les migrateurs peuvent être attirés par les balisages et donc le risque de collision y serait élevé : L’étude d’impact ne peut être faîte que tous les jours (comment imaginer plusieurs milliards de travaux et ne pas faire de travaux sérieux sur l’impact des oiseaux)
  • Les ornithologues admettent que les études d’impacts ne sont pas évaluées à leur juste valeur : Le mauvais temps et l’obscurité ainsi que les caractéristiques physiques des oiseaux (acuité de la vision ) ou mode de vol (volées) ,influencent également le taux de collision
  • L’incidence sur la biodiversité doit être appréhendée globalement  et non de manière compartimentée : Le détroit du pas de calais est reconnu  comme étant un véritable entonnoir naturel pour les oiseaux migrateurs côtiers et pélagiques, plus de 250 espèces d’anatidés, de limicoles et de laridés l’empruntent lors de leurs migrations

Données sur la chasse non pris en compte par les promoteurs éoliens

  • De part son positionnement géographique la jetée du clipon à dunkerque constitue un intérêt pour la détectabilité de la migration, elle offre la possibilité d’un suivi régulier fiable et non pris en compte par les promoteurs éoliens
  • Un suivi régulier permet d’évaluer les fluctuations.Paramètre qui, aux yeux des biologistes de la conservation ,apparaît comme le plus important pour estimer l’état de santé des populations . Ceci a notamment des applications directes, notamment dans la définition des quotas de chasse pour les limicoles et les anatidés, conditionnée à l’existence d’une évaluation fiable de la dynamique des populations d’espèces chassables
  • La jetée du clipon est un site privilégié et un site phare pour l’observation de la migration des oiseaux et la compréhension de leurs stratégies de migration et font l’objet d’un suivi annuel au niveau national et européen et génère une signification incontestable au niveau des données
  • L’implantation de parcs éoliens offshores reviendrait à  amputer irrémédiablement la biodiversité ,les conventions de Berne et de Bonn et serait contraire aux directives européennes (directive oiseaux 2009/147/CEE) et (habitats 92/43 /EEC) qui comme chacun le sait font partis de natura 2000

Laissez un commentaire

information obligatoire si présence d'un astérisque (*). Code HTML non autorisé.

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…