La LPO veut la mort de la pisciculture française !

mardi 26 septembre 2017
Crédit photo Stocklib - T&J Thomson

Jean-Dominique TRUCHOT, Président de CPNT 49, s’insurge du mauvais coup porté aux étangs, fleuves et rivières par la LPO.

Les tribunaux administratifs de Loire-Atlantique, des Vosges et du Var viennent de suspendre les arrêtés préfectoraux autorisant la destruction d’un certain nombre de grands cormorans qui pillent à vau-l’eau fleuves, rivières, étangs, lacs et mettent en danger la pisciculture tant professionnelle que de loisirs. Ceci sur une requête de pseudo associations de défense de la nature dont la tristement célèbre Ligue de Protection des Oiseaux pour des motifs qui prêteraient à rire s’ils ne signifiaient pas la disparition à terme d’une tradition millénaire.
 
Les tirs de régulation sont en vigueur depuis 25 ans et contrairement aux jérémiades des pro-cormorans, l’espèce n’est point menacée. Mieux encore elle croît régulièrement tandis que les piscicultures ferment à cause des dégâts causés par cet oiseau !

La colère gronde sur les rives et berges des étendues d’eau et des fleuves ou rivières.
Il n’est pas inutile de rappeler que ces tirs ont été permis par arrêté ministériel en concertation avec la LPO et dans le cadre des directives européennes.

En tout état de cause si les pouvoirs publics ne mettent pas un terme à ces plaintes injustifiées ou fondées sur de faux arguments, c’est toute une filière qui sera mise à mal au moment où l’on vient de s’apercevoir de tout l’intérêt du poisson d’eau douce ; une composante essentielle de la biodiversité qui disparaîtra de manière irréversible.

Les passionnés de pêche, pisciculture ou tout simplement propriétaires de plans d’eau qui trouvent grand plaisir à observer et entretenir leurs étangs doivent en appeler à leurs élus locaux et nationaux pour faire entendre raison à tous les pseudo défenseurs de la nature faisant fi de la richesse prouvée des étangs tant d’un point de vue faunistique que floristique.

Laissez un commentaire

information obligatoire si présence d'un astérisque (*). Code HTML non autorisé.

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…