CPNT Vendée a rencontré Marc GOBIN, Adjoint au Maire, maître d’œuvre du projet d’une épicerie associative à Saint-Mars-la-Réorthe

mardi 21 novembre 2017
CPNT Vendée - le mouvement de la ruralité, ardent défenseur de la vie de nos communes rurales, des commerces de proximité en milieu rural, a souhaité porter à la connaissance des Vendéens cette initiative des habitants de la commune de Saint-Mars-la-Réorthe, créateurs d’une épicerie associative. Une première en Vendée ! Le commerce joue un rôle particulier en milieu rural, pour son activité économique, mais aussi parce qu’il contribue d’une certaine manière à l’aménagement du territoire ; le départ du dernier commerce étant toujours vécu par les habitants de la même manière que la fermeture d’un service public. Lieu de rencontres et d’échanges, il a également souvent une dimension sociale. C’est un levier de la vitalité locale qu’il faut soutenir. 
Erick MAROLLEAU
Président départemental CPNT Vendée
Vice- président national de CPNT

 

EM: Vous avez pris la décision de créer une épicerie associative avec le concours de la mairie de Saint-Mars-la-Réorthe. Pourquoi ? Est-ce une première en Vendée ?
MG: Depuis les dix dernières années, nous avons changé cinq fois de boulanger ; ce constat nous a emmenés à réfléchir sur un fonctionnement de commerce de proximité « rentable ».
La proximité d’un supermarché à 3 km empêche la création d’une épicerie franchisée.
La demande forte de nos concitoyens pour le maintien d’un commerce en centre-bourg, nous a poussés à la rencontre des producteurs locaux et c’est après de nombreux échanges que l’idée d’un montage associatif est apparue.
Et suite à des recherches, afin d’en connaître un peu plus sur ce montage, il s’est avéré qu’effectivement ce sera une première en Vendée (nos départements limitrophes ont déjà testé et apprécié ce fonctionnement).

EM: Cette création d’une épicerie associative est fondée sur le bénévolat en renforçant ses solidarités, sans cette aide au développement d’un commerce de proximité par le bénévolat, votre projet est-il viable ?
MG: Je ne pense pas, car il faut des moyens financiers avant de se lancer, aussi bien pour les travaux d’aménagements (les travaux liés à la structure du bâtiment sont pris en charge par la mairie) que pour le besoin en trésorerie de démarrage. Nous savons pertinemment que les salaires sont les frais de structure les plus lourds, donc le système du bénévolat pour le démarrage est idéal ; il permet une certaine cohésion et motivation plus forte pour un engagement dans la durée. Nous espérons pouvoir créer un poste salarié d’ici 6 mois.

EM: Vous avez été élu président de l’association, considérez-vous que la création d’une épicerie associative va permettre de favoriser le maintien d’activités diversifiées en matière de services d’intérêt général ?
MG: Tout à fait, et nous sommes même dans le cœur du sujet, car l’intérêt général sous-entend la participation de tous ! En effet, les volontés politiques n’ont de valeur que si elles émanent du peuple et sont suivies de tous. Une épicerie associative est avant tout un lieu d’échanges et de partages, mais elle répond aussi aux besoins de la communauté en termes de services et de produits ; tout en favorisant le commerce local afin que les producteurs puissent vivre dignement de leur travail.

EM: Le commerce de proximité joue un rôle particulier en milieu rural, cette activité économique contribue à l’aménagement du territoire. Votre démarche a-t-elle été suivie financièrement sur le plan communal, communauté de communes, département, région…
MG: Bien évidemment, car sans cela, il n’y aurait pas eu de projet. C’est un réel projet commun entre la municipalité et l’association (redynamiser le centre bourg), la mairie, étant propriétaire des locaux, en propose la mise à disposition gracieuse pour le démarrage et finance une partie des travaux liés au bâtiment. La communauté de communes a soutenu le projet dès le départ et finance les transformations des façades. Nous avons obtenu un fonds de concours départemental permettant de financer la moitié des travaux. Et enfin, nous avons été lauréats au concours Economie de Proximité de la Région Pays de la Loire, permettant une assistance des chambres de l’agriculture, d’économie solidaire et de commerce.

EM: Votre épicerie associative va ouvrir dans quelques jours, quels sont ses objectifs ? Votre souhait est-il aussi d’accompagner les circuits de proximité en favorisant le «manger local» très apprécié par le consommateur.
MG: L’ouverture est prévue le 16 décembre, et nous espérons avoir répondu à toutes les demandes formulées lors des questionnaires envoyés à nos concitoyens. Rapidement, nous affinerons ses demandes et complèterons nos étals grâce à la richesse et à la variété des produits proposés localement. Ce sera, je pense, une réelle découverte pour la population ! Nous prévoyons d’ores et déjà des accompagnements et des mises en réseaux de certains producteurs afin de faciliter la communication et la livraison de leurs produits.

Laissez un commentaire

information obligatoire si présence d'un astérisque (*). Code HTML non autorisé.

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…