Les pics de pollutions aux particules fines se suivent et se ressemblent. Annonce après annonce, on crie au loup, on interdit de séjour les ruraux pollueurs avec leurs vieilles voitures diesel dans Paris et on se congratule de l'acte héroïque politique à la sauce Hidalgo... Foutaise ! On ne fait rien, on brasse de l'air et des particules au travers d'un verbiage stérile sans effet sur la qualité de l'air que les citoyens respirent.

Pourquoi l'État et les collectivités territoriales n'encouragent pas financièrement à la mise en place des kits d'amélioration du parc automobile essence et diesel et des chaudières ?

Un comburateur pour moteur diesel qui diminue de 70 % les particules fines et un convertisseur au bioéthanol pour les moteurs essence serait pourtant la meilleure façon de diminuer drastiquement la pollution, doublés d'une aide au pouvoir d'achat pour tous les utilisateurs.

Décidément, tout ce qui est simple et efficace semble absent du logiciel des décideurs politiques !

Véritable vitrine de l’agriculture française, le Salon de l'agriculture ouvrira ses portes le 23 février. CPNT souhaite que les immanquables parades amoureuses des représentants du gouvernement entrainent des actes forts loin des promesses électoralistes sans lendemain.

Depuis 10 ans, de nombreux scandales alimentaires viennent entacher la profession, notamment par des importations de viande de mauvaise qualité à bas coût. Aujourd’hui, les consommateurs prennent plus en compte les critères de santé, de qualité et d’environnement. La préservation de la planète pousse les Français à revoir leur régime alimentaire, en consommant plus de bio et de produit en circuit court. En réponse à cette demande croissante, de plus en plus d'agriculteurs se battent pour produire mieux et de façon durable. CPNT, favorable depuis toujours à cette agriculture de proximité en circuits courts, apporte son soutien au développement et au maintien d'une agriculture à taille humaine, demande au gouvernement de tout mettre en œuvre pour défendre et assurer des revenus décents à cette production agricole de qualité.

Alors que la France vise 80% d'agriculture sans glyphosate d'ici 2021, CPNT constate que l'objectif fixé par le gouvernement, d'une agriculture entièrement sans cet herbicide d'ici trois ans, ne sera pas tenu. L'agriculture a effectivement besoin de transition pour franchir cette étape nécessaire pour contribuer à la reconquête de la biodiversité. Il faut agir pour bâtir l’agriculture de demain, plus rémunératrice, impactant moins l’environnement, les milieux aquatiques et les sols. CPNT constate et s’inquiète de la perte de biodiversité commune et appelle à une véritable prise de conscience du monde politique et agricole.

CPNT réitère sa demande au gouvernement à mettre en œuvre rapidement les mesures nécessaires d’accompagnant du monde agricole pour assurer cette indispensable transition écologique. La suppression des produits cancérigènes et des perturbateurs endocriniens, utilisés pour traiter les cultures est une nécessité, pour protéger la santé humaine, notamment celles des agriculteurs, et enrayer l'extinction programmée de la faune et de la flore de nos campagnes...

Enfin, CPNT dénonce la violence du véganisme en France qui par sectarisme devient un danger pour la liberté des consommateurs et des professionnels de la viande. CPNT attend du ministre de l’Agriculture et du président de la République des annonces fortes lors du salon de l'agriculture pour condamner ces activistes de la cause animale et assurer au monde agricole le soutien de la nation.

CPNT approuve le sens de l'arrêté visant à autoriser la chasse des oies jusqu'au 28 février. Une évolution intelligente et bien emmenée par la Fédération nationale des chasseurs qui s'inscrit pleinement dans l'esprit d'une chasse moderne, durable et responsable.

La chasse adaptative prend tout son sens en permettant de réguler des espèces, comme les oies, qui causent des dégâts et qui sont malheureusement empoisonnées, gazées, tuées à coups de bâton au nord de l'Europe.

Pour CPNT, le Conseil d'État - qui ne manquera pas d'être saisi par les opposants à la chasse - devra prendre en considération dans son jugement la volonté des États européens, considérant la décision de l'AEWA (Accord sur la conservation des oiseaux d'eau migrateurs d'Afrique-Eurasie), et de l'avis favorable de représentants du Parlement européen, pour valider un arrêté allant dans le sens du plan de gestion européen des oies souhaité par tous.

CPNT invite les sauvaginiers à respecter scrupuleusement les règles de la dérogation pour l'intérêt de la chasse française et de tous les chasseurs de gibier d'eau.

C’est probablement deux actions qui pourraient relever du cahier des doléances du gilet jaune de la ruralité de CPNT.

Le premier en matière de transport en réponse au mauvais choix du gouvernement de vouloir supprimer les vieux véhicules diésel et les chaudières au fuel des particuliers avec un projet d’aide à l’amélioration qui rend les véhicules anciens aussi propres que les récents !

Le second en matière d’environnement avec la dispersion scandaleuse des perturbateurs endocriniens dans les milieux aquatiques.

CPNT le Mouvement de la Ruralité a écrit aux président.e.s des régions et des territoires ultramarins en les invitants à évaluer la pertinence de ses propositions (lire le courrier).

Avec 70% de baisse d’émission de particules fines et 12 à 25 % d’économie de consommation de carburant, sans compter les 15.000 litres d’air économisés pour chaque litre de carburant. Un gain appréciable pour le pouvoir d’achat et pour l'environnement (voir la présentation).

De même, la diffusion de nombreux perturbateurs endocriniens depuis de très nombreuses années par toutes les stations d’épuration dans les milieux aquatiques doit aujourd’hui trouver une fin, face à l’accélération de la perte de biodiversité tant dans les milieux aquatiques que terrestres.

Remettre enfin du bon sens sans dans la politique et arrêter de pénaliser les Français, c'est tout l'objet des propositions de CPNT en ce début d’année.

CPNT - Le Mouvement de la Ruralité s'inquiète du détournement du Grand Débat national en une campagne électorale par le Président de la République. L'idée semblait prometteuse afin de renouer le dialogue avec nos concitoyens alors que la crise des gilets jaunes perdure depuis deux mois.

Mais force est de constater que le Grand débat national qui se devait d'être une réponse aux maux de notre société s'est transformé en toute partialité à une prestation présidentielle. Dans la forme d'abord, en imposant deux ministres comme animateurs et ensuite en demandant aux préfets de choisir les intervenants. Dans le fond ensuite, en réduisant le temps de parole des élus qui veulent apporter de la contradiction à la politique actuelle, mais surtout en réitérant dans les médias que rien ne changera, que le cap choisi par le Président de la République est le bon et qu'il le restera.

Mais le plus grave dans cette forme de mépris et d'outrecuidance, reste que ces interventions en région avec deux meetings par semaine et ce jusqu'à mi-mars ne sont ni plus ni moins une campagne déguisée LREM pour les Européennes. Le Président de la République dont son rôle d'ordinaire se doit d'être au-dessus des partis à l'approche d'une élection, s'est mué en un porte-parole de la LREM diffusé en direct pendant plus de 6 heures.

CPNT - Le Mouvement de la Ruralité déplore et condamne cette mise en scène et demande que le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel prenne en compte en débours le temps de parole d'Emmanuel Macron sur la campagne des Européennes.

 

Page 10 sur 114
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…