Nuisibles : grâce au Conseil d’État, c’est déjà Noël pour les associations écologistes !

vendredi 22 août 2014
iStock - MikeLane45

Le Conseil d’État vient d’annuler cet été, dans de nombreux départements, le classement en espèces nuisibles de plusieurs animaux comme la pie, la martre, la corneille ou la fouine.

Cette décision, consternante et coupée des réalités du terrain tant au niveau agricole, et économique qu’en matière d’écologique équilibrée, n’est encore une fois qu’un cadeau de plus aux plus extrémistes des écologistes !

CPNT dénonce ces décisions balkanisant le territoire français puisque selon les départements, telle ou telle espèce est nuisible ou protégée ! Où est la cohérence supposée des juges ?

CPNT rappelle que le classement nuisible de ces espèces se justifie entre autres par les dégâts qu’ils causent et par la nécessité de préserver la gestion durable du petit gibier, mission que la loi a confiée aux chasseurs, piégeurs et à leurs instances.

CPNT rappelle également la nécessité du classement nuisible de ces espèces pour apporter une réponse efficace à la protection des élevages agricoles d’oiseaux, contribuant ainsi à préserver une filière économique avicole représentant des dizaines de milliers d’emplois et déjà lourdement touchée après les périodes de grippe aviaire et autres complications ministérielles d’autorisations de transports de volailles.

CPNT rappelle enfin que le non-classement nuisible de ces espèces peut aussi être un problème plus important en termes d’écologie et de biodiversité. Ainsi, en demandant le retrait de la martre des nuisibles, les écologistes font ainsi protéger le principal prédateur et destructeur d’une autre espèce, le grand tétras, que les mêmes demandent de … protéger dans les Pyrénées, car il est classé, lui, gibier ! Ceci montre bien les incohérences, le dogmatisme et la stupidité de ces groupuscules écologistes procéduriers.

CPNT apporte son soutien total aux revendications des piégeurs français et de tous les professionnels concernés directement ou indirectement. Il appelle le gouvernement, notamment les ministères de l’Écologie et de l’Agriculture, au sens des responsabilités et lui demande de trouver au plus vite une solution pour réintégrer toutes ces espèces dans la liste des animaux considérés nuisibles et éviter la disparité de gestion territoriale générée par une jurisprudence alambiquée du Conseil d’État !

Laissez un commentaire

information obligatoire si présence d'un astérisque (*). Code HTML non autorisé.

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…