Dates de fermeture de la chasse des oies : les promesses non tenues, ça suffit !

mardi 16 décembre 2014
Stocklib © A. Havelaar

La polémique cynégétique du moment porte sur le rapport de l’ONCFS sur la question de la chasse des oies en février et sur lequel beaucoup comptaient ou d’autres étaient prêts à « parier leur chemise »…

Ce rapport déchaîne les passions, et notamment celle de CPNT, car il porte de graves travers en donnant l’apparence d’être partiel, d’instruire à charge le dossier en présentant finalement comme traduction qu’on ne pourrait donc en l’état chasser les oies en février. Ecartant certaines études (comme celle portant sur l’examen des balises posées sur les oies, comme agréé au départ par le MNHN et d’autres), s’appesantissant sur des thèses de l’antichasse, il est un brûlot d’autant plus fort qu’il est réalisé par un organisme présidé et financé fortement par… les chasseurs eux-mêmes.

Sans doute certains sont tombés de l’armoire… Mais ce n’est pas une surprise de dernière minute comme on tend à le dire puisque ses orientations, et ses risques, étaient diffusés dans la presse cynégétique depuis plusieurs mois, par l’un des responsables de ce rapport lui-même…

Alors ses conclusions, et ce qu’elles risquent fort de donner (pas de chasse en février !) sont-elles si étonnantes ? Pas vraiment, malheureusement.

Depuis l'arrivée des socialistes au pouvoir, avec une hégémonie politique jamais égalée en France jusqu’à la bascule du Sénat en septembre 2014, c'est toujours le même scénario qui est proposé en matière de dates de fermeture de la chasse.

Ainsi, avec des justifications fallacieuses et avec équilibrisme, un ramassis de promesses au goût d’estouffade politicienne ou associative est proposé chaque saison aux chasseurs de migrateurs français ! « Dormez bien, tout va bien, rentrez chez vous, on s’occupe de tout » ! Après les promesses de 2012, de 2013, puis de 2014, va-t-on enfin pouvoir chasser en février 2015 ?

Les chasseurs de gibier d'eau vont-ils devoir une fois encore se satisfaire de nouvelles promesses plus ou moins vagues de la majorité et de leurs soutiers ou soutiens pour croire qu’il va leur falloir encore attendre une saison de plus, car « cette fois c’est sûr, on y est presque et ça va marcher … mais la saison prochaine »… Ce qui leur fait surtout gagner une année de plus…

Car rappelez-vous le fiasco de la fermeture 2013 où certains cadors, politiques ou cynégétiques, venant cisailler le mouvement venant de la base des chasseurs décidés à dire « stop, ça suffit !», ont à force d’interviews, communiqués de presse, réunions, affirmaient que l’année prochaine (NDLR : donc 2015), la chasse en février serait cette fois possible assurément.

Ainsi, après le temps des promesses fondées sur la voie des études de population d'oie grâce aux balises Argos, ce fut celui des promesses basées sur les études de gonades qui fut proposé comme alternative par des dirigeants cynégétiques et politiques ; elles donnèrent lieu à de nouvelles assurances de la part du président PS du groupe chasse à l’Assemblée Nationale, Philippe Plisson. Il serait indispensable qu’il vienne faire le point sur l’avancée de ses engagements, à moins de deux mois des dates concernées…

Avec le fiasco de la fermeture 2014, des représentants de la chasse française, sous sans doute l’influence répétée de conseillers politiques mercenaires plus prompts à défendre les intérêts politiques de l’actuelle majorité que les intérêts cynégétiques des chasseurs de base dont ils sont si éloignés…, s'accordaient avec le ministère de l’Écologie sur une autre formule pour la fermeture 2015.

Nouvelle voie … Royale, voici venu le temps du ressuscité Guide interprétatif pour la FNC et le ministère en 2014 et d’un argumentaire scientifique sur deux ans d'études scientifiques menées par l'ONCFS et devant, après présentation au ministère de l’Écologie, étayer la décision tant attendue de la ministre.

On voit ces derniers jours ce qu’il en est et du sérieux de cette voie…

Et il y eut ensuite la Convention Nationale « gibier d'eau » en mai 2014 pour faire le point sur cette situation et au cours de laquelle un responsable cynégétique annonça détenir enfin, l'argument absolu qui ferait chasser jusqu'au 20 février 2015... Où en est-on ?...

En ce mois de décembre 2014, les chasseurs de gibier d'eau se posent la sempiternelle question de savoir quelle nouvelle couillonnade les décideurs et leurs interlocuteurs vont bien pouvoir leur mettre dans l’assiette pendant les Fêtes… pour justifier l’absence de résultats ou d’avancées, voire leur inaction ou errance ?

Alors cela suffit ; cela traîne depuis … 1994 et la première saison de fermeture anticipée par tiroirs en février. N’y a-t-il pas eu depuis le temps, l’argent, les moyens nécessaires pour faire ces vraies études dont on manque cruellement ?

CPNT rappelle que la décision des dates de chasse, en février, est seulement politique (car ministérielle) et que CPNT a toujours appelé le ministère à déroger en la matière, tout en revendiquant une approche globale sur tous gibiers (oies, canards, limicoles, rallidés) et pas seulement limitée aux seuls anséridés... C’est la principale échappatoire aux recours intempestifs et au harcèlement idéologique judiciaire des opposants à la chasse sur fond de directive 2009/147 CEE.

C’est une simple question de volonté politique et CPNT en appelle aux deux groupes Chasse des assemblées et à leur président, mais aussi à la ministre de l’Écologie pour œuvrer rapidement en ce sens et avant février 2015. Ségolène Royal, ayant déclarant récemment être opposée à l’écologie punitive, aura ainsi vraiment l’occasion sur cette question des dates de traduire ses paroles par des actes concrets et forts.

Les chasseurs de gibier d'eau ont une indigestion de promesses ; ils veulent des actes, ils veulent chasser officiellement et légalement ! La Chasse des oies et des canards reste possible en février, il suffit de déroger ! Alors mesdames et messieurs les décideurs, au boulot et maintenant ou alors, les chasseurs vous chasseront … de vos places !

Laissez un commentaire

information obligatoire si présence d'un astérisque (*). Code HTML non autorisé.

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…