Imprimer cette page

Emplois à domicile : le gouvernement est « à la rue » !

vendredi 27 septembre 2013
Fotolia © Baillou

À quoi peut bien servir un coup de pouce à l’emploi à domicile quand on s'ingénie par ailleurs à racketter les classes sociales concernées ? Le constat est alarmant. Le nombre d'emplois équivalent temps plein en matière d’aide à domicile, perdu en un an par les décisions fiscales du gouvernement actuel, est de 28.000 !
Ces emplois sont vitaux, particulièrement pour le monde rural où les places disponibles en maisons de retraite ou en crèches ne suffisent pas à la demande des familles. Il ne doit pourtant pas y avoir de France à deux vitesses !
Le gouvernement envisage un coup de pouce pour l’emploi à domicile, sachant que le service à la personne représente près de 5% des salariés en France ; 90% d’entre eux étant des femmes.
Les femmes étant plus touchées par la crise et le chômage, surtout quand elles sont seules à faire face à la vie et élever leurs enfants. Pour celles qui le peuvent ou le veulent, il faut leur donner les moyens d’accéder à ces emplois de façon durable. Actuellement, la plupart de ces emplois ne suffisent pas à faire vivre dignement la plupart de leurs bénéficiaires. Ils sont à temps trop partiel et trop précaire, car dépendant de la situation financière des employeurs essorés fiscalement depuis un an.
Pour « CPNT au Féminin », l’emploi à domicile est un vrai outil économique et un quasi-service public en milieu rural. Au début de l’année, le gouvernement a mis en place un allègement  de charges de 0,75 euro par heure de travail pour les employeurs ; c’est largement insuffisant ! Cet abattement ridicule ne permettra jamais de maintenir et encore moins de créer et des emplois !
Des mesures fortes doivent être mises en place d’urgence, surtout quand on sait que demain, 1 personne sur 3 aura plus de 60 ans ! La demande en matière d’aide à domicile va donc continuer à augmenter de manière exponentielle.
Si on veut vraiment envoyer un message fort, ce coup de pouce à la déductibilité des heures employées doit être plus important. Il faut absolument veiller à stabiliser ces contrats par des formules tendant, entre autres, au CDI ou à un maximum d’heures, privées ou publiques.
L’aide à domicile doit rester très présente, surtout dans les zones rurales où les établissements pour personnes âgées et les places de crèches sont moins présents, car les ruraux ont droit, eux aussi, à leur part d’emplois à domicile !

We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…