×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 324

Salariées des hôtels : pour une amélioration des conditions de travail et statuts !

mardi 3 juin 2014
Stocklib © M Bolow

Stocklib © M BolowLe Groupe Hôtelier LOUVRE, qui compte 500 établissements en France, ce qui représente 6000 salariés, dont de très nombreuses femmes, a décidé de confier son marché du nettoyage à des sous- traitants.

Nombre de ces hôtels et chaines qui font appel à la sous-traitance, soumettent leurs femmes de chambre à des cadences infernales. Les faits sont avérés depuis longtemps. Avec un tel système, ces femmes salariées dépendent d’une entreprise extérieure, ce qui peut relever d’un sous-statut et permet d’éviter aux employeurs de verser des avantages à des personnes qui si elles ont la chance d’avoir un emploi ainsi, sont souvent dans des situations précaires ou difficiles, sans formation, réduisant leur libre arbitre vis-à-vis de leurs conditions de travail. Pour un travail physique pénible, ces femmes ne sont souvent pas rémunérées à leur juste valeur alors même que de leur travail dépend aussi la réputation de l’établissement.


À la suite de mouvements sociaux et poursuites ayant entrainé des condamnations d’hôtels, une charte va être applicable à partir du 1 er juin, pour encadrer ces contrats de sous-traitance et améliorer les conditions de travail. Cette charte doit être entièrement respectée et un dispositif strict d’application et de respect devra être prévu sous peine d’inefficience !

Pour CPNT AU FÉMININ, un nouveau statut plus sécurisé et mieux garanti devrait être établi, notamment en payant les salariées au temps de travail  effectué et non au nombre de chambres traitées comme c’est trop souvent le cas, ce qui pousse à des cadences et conditions de travail exagérées, voire à une exploitation.

Pour CPNT AU FÉMININ, tout en reconnaissant leur apport important au marché du travail, les grands groupes hôteliers doivent s’engager à mieux respecter la vie professionnelle et la condition de leurs personnels et être plus à l’écoute de leurs salariés.

Laissez un commentaire

information obligatoire si présence d'un astérisque (*). Code HTML non autorisé.

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…