Génération CPNT demande au Ministre de l’Agriculture un plan national contre le stress et la détresse psychologique des jeunes agriculteurs.

lundi 3 novembre 2014
Crédit photo Stocklib

Génération CPNT s’alarme du taux de suicide des jeunes agriculteurs. Le métier d’agriculteur est loin d’être aisé : Aléas climatiques et sanitaires, cahier des charges important, trop important qui pèse sur leurs épaules. Une étude de l’INVS (Institut de veille sanitaire) de 2011 conclut que le taux de suicide est 3,1 fois supérieur à celui des cadres, qu’il est la troisième cause de décès chez nos agriculteurs.
 
Il est ardu de reprendre une exploitation, de surcroit quand elle est familiale. La peur de ne pas être à la hauteur, de perdre tout ce que les parents ont laissé en toute confiance. Trop de normes et une mise en place avec un coût important… Devant tant de difficultés, un agriculteur se suicide tous les deux jours en France. Cet acte ne doit plus rester un fait divers dans un coin de nos journaux quotidiens.
 
Génération CPNT veut alerter le ministre de l’Agriculture, Mr Le FOLL sur ce mal être qui pèse sur la ferme France. La pression européenne et française environnementale sur les exploitations d'aujourd'hui fait qu'elles perdent en compétitivité économique. Elles ne sont plus rentables et malheureusement les exploitants ne savent plus comment faire.
 
Génération CPNT demande que soit mis en place un plan national d’accompagnement des jeunes agriculteurs dans les premières années d’activités puis par des suivis annuels, incluant une aide à la gestion administrative face à la pesanteur déclarative et normative (finances, normes environnementales et sanitaires, etc.). A ce jour, les jeunes agriculteurs passent presque plus de temps derrière leurs bureaux que sur leurs exploitations; il faut remédier à cette situation par un vrai choc de simplification !

Pour Génération CPNT, il faut soulager nos exploitants et leur donner un avenir serein par un environnement économique apaisé, des prix directement rémunérateurs en adéquation avec le travail accompli et moins de contraintes administratives ... c’est le prix à payer pour que le bonheur soit dans le pré !

Laissez un commentaire

information obligatoire si présence d'un astérisque (*). Code HTML non autorisé.

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…