CPNT devient le Mouvement de la ruralité - Eddie Puyjalon au micro de France Bleu Béarn (9 octobre 2019)

Ecoutez l'intervention d'Eddie Puyjalon (cliquer ici), pour Le Mouvement de la Ruralité ( LMR), son explication de l’évolution du nom de CPNT et en complément pour les grincheux en mal de mémoire, l’historique de CPNT.

Contrairement aux propos de Jean Saint-Josse, c’est sous sa présidence qu’il y a eu un rapprochement avec le MPF de Philippe de Villiers pour les élections européennes de 2009, puis toujours sous sa présidence l’appel au soutien de Nicolas Sarkozy au second tour de la présidentielle de 2007.

De même, il faut rappeler l’historique financier et politique du Mouvement Chasse Pêche Nature Traditions (CPNT). Les graphiques sont suffisamment parlants ! Celui qui semble avoir mal au cœur aujourd’hui, semble oublier qu’il a quitté hier le Mouvement au plus mal de son existence, tant financièrement que politiquement....

Bien au contraire, le Mouvement CPNT et aujourd’hui LMR a su mettre de la constance, de la fidélité, de la loyauté et de la sincérité dans son positionnement, bien loin des postures d’opportunismes et de copinages contre-nature...

Pacal Pointud et Marie-France Dabert (CPNT 63) au micro de Mega FM pour la fête de la Sange (8 septembre 2019)

La baisse du prix du permis national de 400 € à 200 €, comme l’a saluée CPNT, facilitera la mobilité sur le territoire national. Ce changement satisfait en priorité les plus aisés et les jeunes chasseurs. Mais qu’en est-il des chasseurs aux faibles revenus, plus particulièrement ceux obligés de choisir cette solution alternative pour chasser dans les communes limitrophes de leurs départements ?

Jusqu’à présent, avec un permis départemental, il leur était possible de chasser dans les communes voisines du département. Cet usage permettait une efficacité dans la régulation du grand gibier et assurait une convivialité entre chasseurs de ces communes extra-départementales si proches. Aujourd’hui ils se voient obligés de mettre la main au portefeuille pour prendre un permis national, inutile jusque là, engendrant un surcoût de 50€ à 70€ !

Le président de la République, comme certains responsables de la chasse départementale, ignore-t-il que de nombreux chasseurs sont obligés d’échelonner le paiement de leur permis, action de chasse… sur plusieurs mois ?

La chasse française ne doit pas être reléguée à un unique statut de chasse touristique. CPNT souhaite revenir sur cette pénalité financière injuste. Il demande à la FNC et à son président Willy Schraen - lui-même favorable au maintien de cette mesure des communes limitrophes - de resoumettre au vote des présidents des fédérations départementales de chasse la réinstauration de cette formule appréciée des chasseurs et qui va dans le sens d’une chasse populaire, conviviale et responsable.

Cette réforme de la chasse a oublié ceux qui ont, comme des millions de Français, du mal à boucler les fins de mois. Certains n’ont que la chasse comme loisirs. Voilà pourquoi, comme la majorité des chasseurs de France aux faibles revenus, CPNT attend toujours de la part du Président Macron, de vraies mesures en faveur de la chasse populaire pour la saison prochaine.

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…