Eolien Dordogne : Lettre ouverte de CPNT 24 à Madame Brigitte ALLAIN députée EELV

mardi 9 juin 2015
© Stocklib

Le Mouvement de la ruralité CPNT Dordogne s’inquiète de la prolifération des projets éoliens dans notre département.

L’éolien n’a d’intérêt que l'appétit financier grandissant des promoteurs de parcs éoliens voire parfois au blanchiment d’argent frauduleux.
Les élus ruraux sont victimes de la baisse des dotations de l’État et de la mauvaise situation économique du Pays. Situation dramatique qui conduit à la « grande braderie » des territoires par les élus ruraux et les agriculteurs français, étranglés financièrement par la politique économique menée à ce jour.
De même, l'exemple de nombreux cas de délit d’initié chez les élus démontre un pendant non négligeable d'individus plus intéressés par l’intérêt personnel que général.
D’ailleurs le Service Central de Prévention de la Corruption (SCPC), qui dépend du ministère de la Justice, met en garde les pouvoirs publics contre la multiplication des "prises illégales d'intérêts" d'élus locaux impliqués dans le développement de la filière éolienne, dans un rapport cité par "le Figaro" du vendredi 4 juillet 2014.
A cela il faut rajouter les impacts sur la santé humaine. Le rapport du sénateur Jean Germain, sur l’éolien du 29 janvier 2015 devrait vous conduire à plus de prudence quant au soutien que vous apportez  à l’éolien en Dordogne.
Le drame dans votre soutien à l’éolien est que vous ne prenez pas en compte le moindre principe de précaution pour la santé humaine (voir congrès des médecins allemands en date du 12 mai 2015). Or vous ne pouvez pas ignorer les effets des infrasons sur les riverains d’éoliennes capables de les percevoir : insomnies, migraines, nausées, acouphènes, pertes de concentration (ce qui est dangereux pour les salariés exposés à la pénibilité ou au volant, comme nous l’avons vu avec des chauffeurs de bus scolaires).

Madame la Députée, en 1960 on nous disait que l'amiante était inoffensive tout comme certains pesticides du reste. On sait aujourd’hui ce qu’il en est de ces produits. Attention de ne pas rejoindre avec l’éolien la longue liste des effets néfastes sur la santé de nos concitoyens !
Serez-vous, Madame la Députée, un jour entachée par ce soutien ?

En faisant fi aussi des impacts sur les oiseaux migrateurs (voir l'alerte du Président de World Council for Nature en date du 23/04/2015) votre soutien sur l'implantation d'éoliennes en Dordogne est un non-sens environnemental.

Au  niveau  du  paléarctique  occidental,  les  oiseaux migrateurs  sont  nombreux  et  passent  pour  une grande partie d’entre eux par la France qui est une zone de transition entre les pays nordiques et méridionaux.
La  Dordogne  est  traversée  par  un  des  couloirs migratoires prépondérants qu’on appelle le « couloir migratoire central », et cela pour de nombreuses espèces migratrices cassables, mais aussi non chassables pour la majorité d’entres elles à commencer par certains rapaces comme le milan noir, les grues cendrées et une multitude de petits passereaux.

Les chauves-souris paient un lourd tribut aux éoliennes au regard de ce qu’écrit la LPO ISÈRE en date du 2 juillet 2012 qui dénonce l’impact des éoliennes sur les chauves-souris
« Les éoliennes ont aussi un lourd impact sur la faune sauvage, puisqu’elles peuvent tuer des oiseaux (migrateurs, rapaces…) et auraient encore davantage d’effets sur les chauves-souris. Ce phénomène est d’autant plus préoccupant que beaucoup d’espèces de chauves-souris sont déjà menacées.

Le figaro lui aussi titre, en date du 3/10/2014 « Les éoliennes tueuses de chauves-souris »
Pour Jean-François Julien, chiroptérologue, chercheur CNRS au Muséum national d'histoire naturelle, « c'est la première fois que nous avons des données aussi précises sur l'attrait des éoliennes sur certaines espèces de chauves-souris ».

En ce qui concerne le monde de la chasse, on sait que 2 millions de pigeons ramiers transitent par notre région durant la  migration postnuptiale, dont environ  1 million hiverne chez nous. La Dordogne est une importante zone d’hivernage pour le pigeon ramier depuis quelques dizaines d’années
La Dordogne est une terre de chasses populaires, principalement  axées sur le gibier migrateur. Les modes de chasses pratiquées, dites « traditionnelles », sont profondément enracinés dans les conditions de vie et la culture locale et leur confère un poids socio-économique et politique très important tout particulièrement en milieu rural.
Il est bien connu des experts naturalistes que les éoliennes influencent le comportement des oiseaux en migration et peuvent s’avérer être, pour ces derniers, de véritables obstacles tant dans leurs trajets que dans leurs escales.
L’installation de parcs éoliens passant par la Dordogne est susceptible d’avoir des répercussions directes sur le comportement des oiseaux migrateurs et donc sur l’activité cynégétique locale, notamment par la disparition d’installations à poste fixe.

Monsieur Mark Duchamp, spécialiste de la protection des oiseaux, fondateur de l'association Save the eagles, et Président du Conseil Mondial pour la Nature tenait le 17 septembre une conférence de presse à Épinal.
Il accuse Monsieur Allain Bougrain Dubourg, président de la LPO, de fermer les yeux et lui demande  de  sortir  d’un  silence  qui  deviendrait  vite  « coupable » s’il se prolongeait face à « l’extinction en France d’oiseaux protégés », extinction devant laquelle la Ligue pour la Protection des Oiseaux fermerait plus ou moins les yeux … par « conflits d’intérêts » !  Jamais accusation aussi grave n’avait encore été portée contre l’une des principales associations militantes pour la protection des oiseaux.
"L'éolien n'est pas vert", précise-t-il, rappelant le lourd constat de la Société d'ornithologie espagnole qui  révèle que "les éoliennes tuent en Espagne, en moyenne, de 6 à 18 millions d’oiseaux et de chauves-souris.
En Californie, près de 3.000 aigles royaux ont été tués par des éoliennes. On calcule que cette espèce magnifique aura bientôt disparu de cet état, puis sur l’ensemble des États Unis aussi.
En Allemagne, notamment en Forêt noire, suite à l’implantation d’un parc éolien les effets négatifs se sont fait ressentir l’année suivante sur la bécasse avec la disparition d’un peu moins de 50% des mâles au moment de la croule.

On est loin des chiffres donnés en France par l’industrie éolienne, le gouvernement, et les ornithologues.
La France, pas plus que les autres pays de l’Union Européenne, n’a étudié en profondeur les conséquences de leur politique énergétique.
Aucun des 27 pays de l’UE n’a calculé les économies de combustible et de gaz à effet de serre que réalisent vraiment les éoliennes. Ceci est d’autant plus grave que des ingénieurs indépendants, aux États Unis, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et en Australie, ont calculé qu’au lieu des 100% d’économies annoncées, la réalité se trouvait entre 4% et moins que zéro.
C’est la conséquence de l’intermittence de la production des éoliennes, qui nous obligent à stabiliser leur production avec des centrales à gaz ou à charbon marchant à bas régime, donc polluant deux fois plus.

Un autre aspect négatif des éoliennes est l’impact sur le tourisme, l’emploi, et l’économie en général. Des études ont montré comment les touristes fuient les régions où se trouvent des éoliennes".

L'éolien industriel est basé sur un mécanisme financier de transfert de fonds publics vers des entreprises privées en l'absence quasi totale de contrôle. Un système qui permet actuellement une spéculation effrénée, soutenue par des promoteurs qui font une propagande basée sur des arguments écologiques mensongers, relayés par des groupes doctrinaires sur fond de manipulation militante.
Non seulement l'éolien a un effet insignifiant sur la diminution des émissions de CO2 en raison du nécessaire recours aux centrales thermiques pour compenser l'inexorable intermittence de l'électricité éolienne. Il engouffre des fonds publics colossaux pour maintenir un marché artificiel lui permettant d'exister bien que toujours non rentable.

Plus révoltant, les excès de ce marché artificiel érigent de véritables fortunes privées financées par les populations sans qu'elles bénéficient en retour de réelles améliorations écologiques, bien au contraire. Il ruine lourdement le patrimoine naturel et culturel commun que sont les paysages ruraux et nos édifices historiques. Il dévalorise les biens privés, les habitations fruits de toute une vie de travail pour nos compatriotes.

Il y a suffisamment de publications sur l'éolien industriel, d'enquêtes, de témoignages pour démontrer le côté néfaste de l'éolien industriel.
En l’état des connaissances actuelles, qui peut rester sourd face à de tels risques et à tant d’aspects négatifs ?
Il est encore temps d'éviter cette catastrophe sanitaire, environnementale et sociale et le Mouvement de la ruralité CPNT Dordogne vous demande de ne plus apporter votre soutien à l’énergie éolienne en Dordogne et d'appliquer le principe de précaution en revenant à des distances supérieures ou égales à 1.000 mètres.

La Dordogne est, selon météo France, le département le moins venteux de France. Ce département ne justifie donc pas l’implantation de parcs éoliens.

Serge CANADAS
Membre du Bureau Exécutif National
Secrétaire Général Adjoint

Laissez un commentaire

information obligatoire si présence d'un astérisque (*). Code HTML non autorisé.

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…