×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 52

Picardie - Intervention de J Pilniak sur le soutien au programme 2013 de l’association écologiste Picardie Nature

mercredi 19 décembre 2012

Je ne souhaite pas, aujourd’hui, redire ce que j’ai déjà détaillé maintes et maintes fois devant cette assemblée concernant le montant du budget de fonctionnement de l’association Picardie Nature, ni revenir sur le volume de financement public qui lui est accordé, ou encore sur le montant de la valorisation du bénévolat, 560 000 euros, de quoi laisser rêveurs les bénévoles des diverses structures associatives de notre région.

Chacun ici connait mon attachement pour les questions environnementales, et plus particulièrement les membres de la Commission 2 avec lesquels j’ai souvent plaisir à débattre, c’est donc sans dogmatisme que je souhaite aborder la subvention que notre collectivité va apporter à Picardie Nature pour 2013.
Preuve en est, notre groupe vient de voter une provision de 250 000 euros au bénéfice du Conservatoire d’espaces naturels de Picardie. Une somme conséquente, mais dans l’intérêt de notre patrimoine naturel commun.
Le groupe « Envie de Picardie » est attaché à la préservation des richesses écologiques de nos territoires, nous reconnaissons le travail accompli sur le terrain par les salariés et bénévoles des différentes structures de notre région, mais nous avons à cœur que les moyens mis en oeuvre soient utilisés à meilleur escient possible.
Le 24 février dernier, mes Chers collègues, lors du vote de la subvention pour 2012 à l’association Picardie Nature, j’avais formulé un certain nombre de remarques.
Je vous avais notamment interpellé, Monsieur le Président, au sujet d’un centre de sauvegarde de la faune sauvage situé sur le territoire de la commune de Caix. Je vous avais ainsi fait part de mon étonnement concernant son installation sur un terrain appartenant à une personne privée.
Par courrier daté du 6 octobre 2011, vous me confirmiez d’ailleurs ce point, tout en me précisant que ces investissements s’élevaient à 115 890 euros auxquels la région a participé à hauteur de 31 800 euros.
Quel ne fut donc pas mon étonnement, de lire, page 16 du projet de convention annexé au rapport que vous nous soumettez aujourd’hui, je cite : « En raison de la volonté du propriétaire du terrain, sur lequel le centre de Caix est installé, de récupérer l’usage de celui-ci, Picardie Nature se voit dans l’obligation de quitter ce site avant fin 2013 ».
Nous apprenons par ailleurs que les deux centres de sauvegarde et de soins de la faune sauvage dont Picardie Nature a la gestion seront ainsi déménagés dans une structure unique, au sein de bâtiment du centre de formation de l’ONEMA au Paraclet.
Notre collectivité remet ainsi 26 700 euros de subvention d’investissement pour ce déménagement, après avoir déjà versé 31 800 euros sur le centre de Caix, installé sur le terrain d’un particulier, comme je viens de le préciser.
Cela m’amène à vous poser cette question Monsieur le Président, notre collectivité va-t-elle récupérer la totalité du montant de cette subvention ?
Parmi les investissements réalisés sur cette propriété privée, quelle part restera au bénéfice du propriétaire du terrain ? Pourrions-nous obtenir à ce titre le détail de la convention de reprise entre le particulier, Picardie Nature, et la région ?
Nous pourrons ainsi savoir si cette dépense aurait pu être évitée, si ce centre de soin n’avait pas été installé initialement chez un particulier comme je m’en étais inquiété il y a de cela à peine 10 mois.
L’aboutissement de cette histoire m’amène donc à réitérer la demande, formulée par notre groupe en février dernier, que nous soit transmise l’intégralité de l’évaluation de l’action menée par Picardie Nature.
Les Vice-présidents Dumont et Veillerette s’y étaient engagés conjointement, et 10 mois plus tard nous n’avons toujours rien vu venir.
M. Dumont déclarait ainsi le 24 février devant cette assemblée : « J’ai fait la demande à mon collègue François Veillerette, qui m’a adressé ces documents, il y a trois semaines ou un mois, et j’ai pu vérifier et constater que les choses étaient faites de façon tout à fait transparente. »
On aurait pu en rester là, toutefois M. Veillerette avait complété ainsi, je le cite également : « Je suis un chaud partisan de l’évaluation des politiques publiques (…) Je ne vois donc aucun inconvénient, moi non plus, à ce que ce document qui a été réalisé et qui passe au crible tous les points de la convention et leur réalisation soit diffusé. Il n’y a absolument rien à cacher ».
Pourquoi ce document qui existe depuis désormais près d’un an si j’en crois les propos de nos collègues ne nous a toujours pas été transmis ? Quand pourrons-nous en avoir connaissance ?
Alors que dans un contexte de crise économique profonde les subventions de l’Etat aux associations écologistes sont en hausse de 10%, nos concitoyens sont en droit de bénéficier de la plus grande transparence sur l’utilisation de ces fonds publics.
La nature appartient à tout le monde et c’est à nous, élus, qu’il appartient d’en être les garants.
Jean Pilniak - Groupe "Envie de  Picardie"

 

Laissez un commentaire

information obligatoire si présence d'un astérisque (*). Code HTML non autorisé.

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…