×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 52

Lutter contre la désertification médicale

mercredi 19 décembre 2012
Capture vidéo - Nouvelle république

En déplacement dans la Vienne le 13 décembre dernier, Marisol Touraine, Ministre de la Santé, est venue présenter son projet de lutte contre la désertification médicale.

Dans la salle de réunion, elle a fait sa présentation assise à côté de Ségolène Royal, Présidente de la Région Poitou-Charentes, elle-même assise aux côtés d’une dizaine d’intervenants tous choisis par ses bons soins (même les interventions étaient programmées et calées d’avance et chacun savait donc très exactement ce qu’il avait ordre de dire !).
Après un discours d’autosatisfaction de la présidente Royal ayant depuis 2004 et selon elle, métamorphosé notre territoire, car il va sans dire, toujours selon elle, qu’auparavant rien n’aurait été fait contre cette dramatique désertification, la ministre est donc longuement intervenue en insistant elle aussi à plusieurs reprises que depuis dix ans aucune action n’avait été entreprise par les gouvernements précédents, ce qui révèle un problème énorme de mémoire ne serait-ce que par rapport au plan rural de 2010 et les annonces du précédent gouvernement en début de cette année portant sur ce dossier de médicalisation territoriale !
La Ministre annonça donc bien sûr qu’elle allait remédier à cela en présentant dès à présent douze engagements concrets qu’elle allait mettre en place immédiatement. Cette position est fort louable puisque, à leurs dires, tant il est vrai que cette désertification pose et posera un réel problème dans les années à venir en milieu rural.
Bien, évidemment, selon la Ministre, maintenant que la gauche est au pouvoir, les promesses faites pendant la campagne électorale vont être tenues et la lutte contre les déserts médicaux engagée…
Mais soyons réalistes, un point n’a pas été abordé par la Ministre et il n’est pourtant pas des moindres : c’est celui du financement. En effet, proposer douze mesures d’engagements, c’est bien, mais disposer en amont des financements qui vont avec, c’est mieux et là, c’est loin d’être le cas ! Donc au-delà du fait qu’on peut s’interroger sur la réalisation future de ce plan médical, on peut donc une nouvelle fois être très inquiets sur la pérennité du pouvoir d’achat des Français, car devant la quantité de mesures prises et non financées par le Gouvernement, les classes moyennes vont encore “trinquer” !
Avec eux, les engagements, c’est pour maintenant ; quant au financement, c’est pour … on ne sait pas ? Ce qui est sûr, c’est que 2013 sera de toute évidence une année difficile !
Thierry JOULIN, Conseiller régional CPNT de Poitou-Charentes

Laissez un commentaire

information obligatoire si présence d'un astérisque (*). Code HTML non autorisé.

Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…